Futur institut de cancérologie du Gard : 1 seul établissement – 4 partenaires publics et privés

D’une capacité de 118 lits et places, le futur institut de cancérologie du Gard situé dans l’enceinte du CHU de Nîmes s’étendra sur 15 900 m² répartis sur 4 niveaux. Un investissement de 42 millions d’euros, fruit d’un partenariat exemplaire. Porte d’entrée unique pour les 3 000 nouveaux patients du département atteints chaque année d’un cancer, l’établissement centralisera toutes les chimiothérapies et les activités de cancérologie radiothérapie, médecine nucléaire, imagerie, oncologie médicale, hématologie et comprendra un laboratoire de reconstitution des cytotoxiques. L’institut ouvrira ses portes en 2015.

D’une capacité de 118 lits et places, le futur institut de cancérologie du Gard situé dans l’enceinte du CHU de Nîmes s’étendra sur 15 900 m² répartis sur 4 niveaux. Un investissement de 42 millions d’euros, fruit d’un partenariat exemplaire conclu entre le CHRU de Nîmes, la polyclinique Kenval, le centre médical de radiothérapie oncologie- hématologie (ONCORADIO) et l’association de radiologues Nemoscan. Porte d’entrée unique pour les  3 000 nouveaux patients du département atteints chaque année d’un cancer, l’établissement centralisera toutes les chimiothérapies et les activités de cancérologie radiothérapie, médecine nucléaire, imagerie, oncologie médicale, hématologie et comprendra un laboratoire de reconstitution des cytotoxiques. Seule la chirurgie continuera à être pratiquée dans les établissements de référence. Les maîtres mots de cette coopération publique-privée sont synergie des équipes et regroupement des compétences, mutualisation et développement des techniques les plus modernes et accélération de la recherche médicale. L’institut ouvrira ses portes en 2015.
Pôle d’expertise et de référence dans le diagnostic et le traitement des cancers, le futur institut apporte une réponse cohérente et articulée entre l’ensemble des sites et des disciplines participant au traitement du cancer. Son activité sera déployée en collaboration étroite avec la médecine de ville, les réseaux et les associations. Les compétences seront rassemblées en un même lieu : praticiens hospitaliers officiant au sein du CHRU de Nîmes et leurs confrères du secteur privé.
Au sein de l’institut, le patient pourra opter pour la filière de son choix, publique ou privée, qu’il s’agisse des consultations d’oncologie radiothérapie avec un secteur CHU et Oncoradio, de l’hôpital de jour d’oncologie avec 24 places CHU et 20 places Kenval ou de l’hospitalisation complète d’hémato-oncologie avec 38 lits CHU et 36 lits Kenval.
Le plateau technique comprendra 4 accélérateurs de particules pour la radiothérapie ; 1 TEP IRM, 1 TEP SCAN, 3 GAMMA CAMERA pour la médecine nucléaire ; 1 IRM, 1 scanner, 1 radiologie conventionnelle, 1 mammographe, 1 échographe pour l’imagerie médicale ; 2 unités de reconstitution des cytotoxiques.
Certains soins de support comme la lutte contre la douleur, la socioesthétique, le massage-relaxation, ou la pédicurepodologue seront mutualisés.
Par contre la chirurgie continuera à être réalisée au CHU et en clinique dans les blocs opératoires de chaque structure.
Centre de référence en cancérologie pour le département du Gard, le futur institut de cancérologie multipliera les travaux de recherche pour développer et renforcer l’innovation et disposera de quatre plateformes :
• Une plateforme Soins et recherche clinique pour la recherche de nouvelles cibles (notamment dans le domaine des syndromes myéloprolifératifs et leucémies aiguës), la modélisation des essais cliniques virtuels ou précoces et la participation accrue aux essais prospectifs multicentriques
• Une plateforme de radiothérapie pour améliorer l’efficacité tout en diminuant la toxicité. Les travaux porteront aussi sur l’association radiothérapie et traitements systémiques.
• Une plateforme régionale d’imagerie métabolique et moléculaire pour étudier de nouveaux traceurs spécifiques ; développements technologiques (TEP couplé à un IRM 3 T) en partenariat avec les industriels
• Une plateforme de biologie pour la mise au point de nouveaux marqueurs, d’études prédictives  et l’enrichissement de la tumorothèque du CHRU.

Grâce à ces développements de nouvelles molécules ou de nouvelles techniques seront mises au point. Ainsi, le patient intégré à un essai thérapeutique est assuré de bénéficier plus rapidement des avancées diagnostiques ou thérapeutiques.
Imaginé par le cabinet d’architecture Michel Beauvais et associés, le bâtiment de 4 niveaux sera organisé en double cube avec une liaison centrale: un niveau inférieur accueillant le plateau technique ; le rez-de-chaussée dédié aux consultations et aux espaces de l’hôpital de jour ; le premier étage dévolu à l’hospitalisation complète d’oncologie – hématologie ; le second étage consacré aux soins continus avec une unité de surveillance continue, une unité de soins intensifs, une unité d’hospitalisation de courte durée.
L’architecture tire profit de la typologie du terrain profitant de sa déclivité pour limiter leur impact sur la conception de l’ouvrage. Ainsi, les zones techniques « lourdes » (bunkers) seront insérées dans la colline de Carémeau. Pour le choix des matériaux, les ressources locales ont été privilégiées avec la réutilisation des pierres du site pour traiter les pieds de façade et les aménagements extérieurs.
Télécharger le dossier de presse

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.