Futurs directeurs : la simulation pour apprendre la complexité de l’hôpital

Le centre simulation angevin innove avec une nouvelle formation dédiée aux élèves directeurs d’hôpital. Une immersion dans un métier où le sang froid, la rigueur et la capacité à gérer les équipes font la différence. Dès leur prise de poste, les directeurs d’hôpitaux sont très vite confrontés à des situations de management complexes. Pour les préparer, le CHU et l’Université d’Angers, l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) et la Société hospitalière d’assurance mutuelle (Sham) ont conçu un programme pédagogique inédit.
Le centre simulation angevin innove avec une nouvelle formation dédiée aux élèves directeurs d’hôpital. Une immersion dans un métier où le sang froid, la rigueur et la capacité à gérer les équipes font la différence. Dès leur prise de poste, les directeurs d’hôpitaux sont très vite confrontés à des situations de management complexes. Pour les préparer, le CHU et l’Université d’Angers, l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) et la Société hospitalière d’assurance mutuelle (Sham) ont conçu un programme pédagogique inédit. 
La session commence par un briefing de départ, puis un jeu de rôles filmé où les élèves jouent le directeur d’hôpital donnant la réplique à des comédiens dans un scénario ad hoc. Le travail se termine par une séance de débriefing suite au visionnage de la vidéo. Ainsi, immergés dans des scènes reflétant de façon réaliste leur futur environnement de travail les élèves apprennent à évaluer la gravité des événements, à négocier, à prendre des décisions. Entre autres cas pratiques, seront simulées la tenue d’un bureau de Commission médicale d’établissement, la gestion d’une situation de crise ainsi que l’annonce d’un dommage lié au soin.
A travers des ateliers pratiques animés par des internes, les élèves directeurs suivront une introduction aux nouvelles modalités pédagogiques et aux nouvelles techniques médicales.
Cette formation se tiendra sur deux jours. Elle a été élaborée par un comité scientifique composé de représentants de chaque partenaire. Ce comité a été piloté par le Pr. Jean-Claude Granry, responsable du centre de simulation angevin et référent national en la matière, assisté de trois élèves de l’EHESP. Des comédiens de la troupe du CHU d’Angers (le Tréteauscope) prendront part à ces sessions pour tenir les rôles des interlocuteurs traditionnels des directeurs d’hôpital (médecins, cadres hospitaliers, autres directeurs, etc.)
Avec cette nouvelle formation, le centre de simulation d’Angers ajoute une nouvelle offre à une palette de formations déjà très complètes comprenant la simulation synthétique (incluant des mannequins), la simulation numérique (« serious games », réalité virtuelle, réalité augmentée, etc.) et la simulation humaine (consultations, annonce d’une maladie grave, etc.) et s’ouvre au  public des élèves directeurs d’hôpital. Dans un premier temps, cette formation a été imaginée pour les 80 élèves de première année de l’EHESP.
En 2018, une session pourrait s’adresser aux élèves de deuxième année, année de spécialisation. Et déjà, le CHU et l’Université d’Angers envisagent de d’ouvrir des formations à d’autres écoles de la fonction publique. Et pour encadrer tous ces apprenants, de nouveaux formateurs en simulation sont en cours de formation. Preuve du succès de cette pédagogie d’un nouveau style !
Programme pédagogique de la session élèves directeurs d’hôpital

Lundi 22 mai 2017
14h – 15h : visite du CHU d’Angers
15h30 – 16h : Les enjeux de la simulation – par le Pr. Jean-Claude Granry, directeur du centre de simulation, président de la Société francophone de simulation
16h – 18h : Ateliers pratiques animés par des internes.
Objectifs : comprendre les nouvelles modalités pédagogiques, appréhender les nouvelles techniques médicales
18h – 18h30 : Evaluation par Wisembly (méthode innovante d’évaluation collaborative- en ligne)
Mardi 23 mai 2017
9h – 10h30 : Simulation de Bureau de Commission Médicale d’Etablissement
11h – 12h30 : Ateliers thématiques simulant des événements indésirables graves
13h30 – 15h : Séance en plénière sur la gestion de crise
15h30 – 16h : Evaluation par Wisembly
16h – 17h : Debriefing global – forum – discussion

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.