Ganglion sentinelle et cancer du sein : prise en charge ambulatoire à la Maternité de Nancy

Aux patientes porteurs d'une tumeur cancéreuse au sein de bon pronostic, la Maternité Régionale Universitaire de Nancy propose un examen des ganglions sentinelles et un traitement en ambulatoire.

Aux patientes porteurs d’une tumeur cancéreuse au sein de bon pronostic, la Maternité Régionale Universitaire de Nancy propose un examen des ganglions sentinelles et un traitement en ambulatoire.
Les ganglions sont des éléments lymphatiques de la défense du corps en cas de blessure, d’infection ou de maladie. Dans le cancer du sein, les premiers ganglions concernés parce que les plus proches, se situent dans le creux de l’aisselle. Ce sont les résultats de leur analyse par un anatomopathologiste qui détermineront la nécessité ou pas de l’ablation de la totalité des ganglions de l’aisselle, d’où leur appellation de ganglions sentinelles.
Cette prise en charge n’est pas récente puisqu’elle date d’une dizaine d’années ; en revanche, la nouveauté, c’est sa réalisation en ambulatoire comme à la Maternité de Nancy, où elle est pratiquée par les Drs Fabienne Abel Decollogue et Thierry Routiot, responsables de la cancérologie et de la scénologie au pôle de la Femme dirigé par le Dr Olivier Morel.
La Maternité de Nancy dispose de 5 lits ambulatoires et 3 lits tampons au quotidien, non seulement pour ce type d’intervention mais aussi pour les chirurgies de gynécologie.
L’ambulatoire répond à une demande de plus en plus importante des patientes. Son étude a démontré que ceux qui en bénéficient ont l’impression d’être moins malades. L’ambulatoire allège l’impact de la maladie sur le moral.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.