Genèse d’un hôpital pour enfants

« L'Hôpital et l'enfant : l'hôpital autrement ?... », du 2 février au 31 juillet, le Musée de l'AP-HP consacre une importante exposition à l'histoire de l'enfance hospitalisée sous le haut patronage du Ministre de la culture et de la communication. La reconnaissance du statut de l'enfant vers la fin du XVIIIème siècle accompagne deux évolutions fondamentales : l'essor d'une médecine clinique adaptée à ses pathologies et la conception d'un process de soins spécifique dont l'aboutissement sera la création d'un hôpital pour enfants en 1802, une première mondiale !

« L’Hôpital et l’enfant : l’hôpital autrement ?… », du 2 février au 31 juillet, le Musée de l’AP-HP consacre une importante exposition à l’histoire de l’enfance hospitalisée sous le haut patronage du Ministre de la culture et de la communication. La reconnaissance du statut de l’enfant vers la fin du XVIIIème siècle accompagne deux évolutions fondamentales : l’essor d’une médecine clinique adaptée à ses pathologies et la conception d’un process de soins spécifique dont l’aboutissement sera la création d’un hôpital pour enfants en 1802, une première mondiale !

Dès l’origine et avec le soutien de la société civile (oeuvres charitables, bénévoles puis associations), l’hôpital pédiatrique organise entre ses murs toutes les activités liées aux apprentissages fondamentaux et habituellement prises en charge par la famille, par l’église puis par l’école.

L’enfant réformateur de l’hôpital
L’accueil de patients mineurs installe d’emblée les médecins et les administrateurs dans une relation d’échange et de dialogue. L’ouverture des établissements pédiatriques s’inspire d’une conception nouvelle de l’enfance et, de nos jours, se développe à travers la culture à l’hôpital.
Aujourd’hui la loi du 4 mars 2002 affirme les droits particuliers des patients mineurs à qui le texte reconnaît une majorité sanitaire. Ainsi, les personnes mineures peuvent recevoir elles-mêmes une information et participer à la prise de décision les concernant, d’une manière adaptée à leur degré de maturité.

Un parcours rythmé par les grandes découvertes
L’exposition rappelle également les tâtonnements de la médecine pédiatrique, les mesures prises pour limiter les risques de contagion et de mortalité, la prise en compte tardive des enfants déficients mentaux et l’ouverture de l’hôpital Robert Debré en 1988…
Puis tout s’accélère et l’hôpital pédiatrique se retrouve aux prises avec quatre évolutions contraignantes et parfois contradictoires : l’éclatement lié à son hyperspécialisation, le besoin de considérer l’être dans sa globalité, les exigences des familles et la prise en compte du patient mineur, sujet de droit.

L’hôpital pédiatrique du troisième millénaire doit également intégrer le progrès qui sans cesse fait reculer la maladie, la mort et réinventer les conditions de la procréation.

Dans cet univers en mutation, quelles relations l’hôpital pédiatrique va-t-il nouer avec l’enfant, les médecins, les parents et au-delà la société civile ?
L’exposition invite à prolonger la réflexion.

Musée de l’AP-HP
Hôtel Miramion
47 quai de la Tournelle
75005 PARIS
Ouvert du mardi au dimanche de 10 heures à 18 heures ? fermé les jours fériés
www.aphp.fr/histoire/musee.htm

Pour plus d’informations contacter Marie-Christine Valla, responsable de l’action culturelle et de la communication, Tél : 01.40.27.55.89. – courriel : href= »mailto:marie-christine.valla@sap.aphp.fr »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.