Gériatrie mobile : au service des personnes âgées hospitalisées

Face au vieillissement général de la population française, les hôpitaux publics doivent soigner des patients de plus en plus âgés mais ils doivent aussi assurer une mission d'accompagnement au-delà du séjour hospitalier. Le CHU de Nancy s'est appuyé sur cette tendance particulière pour mettre en place une équipe mobile de liaison gériatrique rattachée au service de gériatrie du Pr Athanase Benetos. Elle suit plus de 1 000 patients par an et apporte son aide complémentaire aux différents services de l'établissement y compris les urgences. L'hospitalisation des personnes âgées liée à une pathologie visible révèle généralement d'autres maux sous-jacents : dénutrition, perte d'autonomie... C'est pour les décrypter que l'expertise de l'équipe mobile de gériatrie est mise à contribution régulièrement. Rencontre avec le médecin Bernadette Hanesse et l'infirmière Marie-Françoise Job.

Face au vieillissement général de la population française, les hôpitaux publics doivent soigner des patients de plus en plus âgés mais ils doivent aussi assurer une mission d’accompagnement au-delà du séjour hospitalier. Le CHU de Nancy s’est appuyé sur cette tendance particulière pour mettre en place une équipe mobile de liaison gériatrique rattachée au service de gériatrie du Pr Athanase Benetos. Elle suit plus de 1 000 patients par an et apporte son aide complémentaire aux différents services de l’établissement y compris les urgences. L’hospitalisation des personnes âgées liée à une pathologie visible révèle généralement d’autres maux sous-jacents : dénutrition, perte d’autonomie… C’est pour les décrypter que l’expertise de l’équipe mobile de gériatrie est mise à contribution régulièrement. Rencontre avec le médecin Bernadette Hanesse et l’infirmière Marie-Françoise Job.

Une fois que la demande d’évaluation faite par un service, la mission de l’équipe mobile de gériatrie commence et se déroule selon des objectifs bien précis
– Évaluer les syndromes gériatriques fréquents (chute, troubles de l’autonomie, confusion mentale, dénutrition…)
– Contribuer à l’élaboration d’un projet de soins adapté pour la prise en charge de la personne âgée au-delà de l’hospitalisation
– Participer à son orientation dans la filière de soins.

Actuellement, l’équipe est un service « intra-CHU » qui intervient sur tous les sites de l’établissement. Composée de médecins, d’infirmières, d’une psychologue et d’une assistante sociale, c’est en binôme (médecin et infirmière) que se font les interventions dans un premier temps. Sa mission : aider à l’évaluation et à la prise en charge globale médico-psycho-sociale de la personne âgée, c’est-à-dire la guider vers des soins et un encadrement appropriés à sa situation et préparer sa sortie.

L’équipe mobile de gériatrie s’informe sur le patient qu’elle va visiter afin de savoir s’il est connu ou non du service Gériatrie. L’évaluation gériatrique passe par un entretien singulier où il s’agit d’obtenir des informations sans inquiéter, de poser des questions sans brusquer, de mettre en évidence des syndromes sans choquer. L’efficacité de la démarche repose sur l’empathie, le respect et la patience. L’équipe interroge les patients sur le quotidien : ont-ils des proches ? Une aide à domicile ? Suivent les questions sur la mémoire : le nom du Président de la République ? Du Pape ? Ou encore les raisons de leur hospitalisation ?
« A ce stade, les patients peuvent prendre conscience que leurs souvenirs ne sont plus aussi précis et que leur mémoire est défaillante », explique le Dr Hanesse. C’est dans ces moments que le professionnalisme des membres de l’équipe s’exerce pleinement : écouter pour mieux entendre, regarder pour mieux voir, décrypter pour mieux anticiper. Puis viennent les tests physiques : marche, équilibre sur une jambe, vision, des étapes délicates où il faut accompagner et soutenir les efforts.

Après échange avec l’infirmière pour ne négliger aucun détail, le gériatre rédige sur place le compte rendu de toutes ses observations qui résultent de l’analyse des réponses des patients et de leurs résultats aux tests. Ces conclusions viendront compléter l’avis du médecin, sous la forme de recommandations. « Ce ne sont que des propositions » insiste le docteur Bernadette Hanesse, « il ne s’agit pas de se substituer au médecin soignant ». Ces recommandations vont des conseils de prise en charge d’un syndrome gériatrique, à la mise en place de procédures d’aide à domicile? « La plupart du temps, nous informons les patients sur les réseaux gérontologiques qui aident au suivi médical régulier », précise Marie-Françoise Job « Contacter et rencontrer les proches de la personne âgée hospitalisée peut s’avérer parfois nécessaire pour commenter le bilan gériatrique établi et les éclairer sur des choix à faire ».

L’idée d’intégrer au CHU de Nancy une équipe mobile de liaison gériatrique a été prise courant 2002, époque où le Dr Bernadette Hanesse était l’unique gériatre mobile. En juin 2007, l’équipe a été renforcée en temps médicaux pour mener un travail de collaboration sur une spécialité, la gériatrie, qui requiert de l’expérience. C’est pourquoi former et informer le personnel médical et paramédical est une des ambitions de l’équipe mobile du CHU de Nancy. Une meilleure connaissance des spécificités liées aux patients âgés permettra au personnel soignant de détecter en amont les symptômes gériatriques renforçant ainsi l’efficacité de l’équipe mobile une fois sur place. C’est une pédagogie et un travail collectif qui participeront à une meilleure prise en charge, par l’hôpital, d’une population de patients de plus en plus nombreux.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.