Les agences de notation Standard & Poor’s et Fitch ont confirmé les notes de l'AP-HP, soit AA à long terme et A-1+/F1+ à court terme, accompagnées d’une perspective qui demeure stable.
Les agences de notation Standard & Poor’s et Fitch ont confirmé les notes de l’AP-HP, soit AA à long terme et A-1+/F1+ à court terme, accompagnées d’une perspective qui demeure stable.
L’AP-HP, centre hospitalier universitaire à dimension européenne mondialement reconnu, continue ainsi de faire l’objet d’une notation alignée sur celle de l’Etat. De fait, le contrôle étroit de celui-ci, dans le cadre de la double tutelle spécifique à l’AP-HP exercée par les ministres chargés de la Santé et du Budget en complément de la tutelle de l’Agence régionale de santé (ARS), limite le risque de défaillance financière. Même en l’absence de garantie explicite de l’Etat aux emprunts levés par l’AP-HP, les agences considèrent que celui-ci est responsable en dernier ressort de la solvabilité de l’Institution.
Le fort accès de l’AP-HP aux marchés financiers internationaux, et l’existence de sources de financement diversifiées, sont également soulignés par Standard & Poor’s.

Un redressement de la capacité d’autofinancement

Les agences de notation ont relevé le redressement de la marge et de la capacité d’autofinancement de l’AP-HP en 2018. Elles anticipent une amélioration graduelle de la situation financière de l’AP-HP grâce à son plan de transformation ambitieux, qui permettra d’optimiser les recettes et de maîtriser l’évolution de ses dépenses.
La note du programme d’Euro Medium Term Notes (EMTN) – pour les émissions obligataires – de 2,5Md€ est également confirmée à AA par Standard & Poor’s et Fitch, de même que les notes attribuées au programme de titre négociables à court-terme de l’AP-HP (A-1+ pour Standard & Poor’s, F1+ pour Fitch).
L’AP-HP est en effet le premier établissement public de santé à s’être engagé depuis janvier 2016, et pour un montant plafond aujourd’hui fixé à 380M€, dans l’émission de NEU-CP, afin d’optimiser son financement de court terme.
Consulter l’intégralité du rapport

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.