GHT Cévennes-Gard-Camargue : 1er comité territorial des élus locaux

Garantir l'égalité d’accès à des soins sécurisés et de qualité en mutualisant les compétences et en renforçant le maillage entre acteurs de santé, tel est l'enjeu du Groupement hospitalier. Sur un territoire caractérisé par une croissance démographique et un vieillissement soutenus, le défi est stratégique. En effet, les Cévennes, le Gard et la Camargue verront leur population augmenter de 50% en pour atteindre plus d'un 1 million d'habitants en 2030 contre 750 000 aujourd'hui. Dans cette perspective, l'optimisation des parcours de soins par une coopération renforcée entre les acteurs de santé est une priorité pour le GHT dont l'établissement support est le CHU de Nîmes.

Garantir l’égalité d’accès à des soins sécurisés et de qualité en mutualisant les compétences et en renforçant le maillage entre acteurs de santé, tel est l’enjeu du Groupement hospitalier. Sur un territoire caractérisé par une croissance démographique et un vieillissement soutenus, le défi est stratégique. En effet, les Cévennes, le Gard et la Camargue verront leur population augmenter de 50% en pour atteindre plus d’un 1 million d’habitants en 2030 contre 750 000 aujourd’hui. Dans cette perspective, l’optimisation des parcours de soins par une coopération renforcée entre les acteurs de santé est une priorité pour le GHT dont l’établissement support est le CHU de Nîmes
Sur ce territoire, la complémentarité va s’organiser à grande échelle entre les professionnels exerçant dans la trentaine de structures réunies au sein du Groupement Hospitalier de Territoire (GHT) Cévennes-Gard-Camargue. Pour soutenir, évaluer et contrôler l’action du GHT, un Comité territorial des élus locaux* (CTEL) a été instauré par la loi. Sa première réunion s’est déroulée mercredi 19 juin. Au cours de cette rencontre son Président a été élu, Jean-Paul Fournier, Maire de Nîmes et Président du Conseil de surveillance du CHU. « Je suis heureux et honoré d’avoir été choisi pour présider ce comité. Avec les autres élus nous aurons à cœur de veiller à la bonne coordination des actions du GHT dans l’intérêt de la population » a déclaré Jean-Paul Fournier.
« Je suis ravi d’avoir à mes côtés, les maires des grandes communes de ce département. Ils sont des acteurs essentiels au renforcement du maillage de l’offre de soins du territoire afin de rendre le parcours des patients le plus fluide et efficace possible » a indiqué Nicolas Best, directeur général du CHU de Nîmes.
Le GHT Cévennes-Gard-Camargue : une coopération des établissements de santé publics au bénéfice des patients du territoire
Depuis 2016, le GHT engage les établissements parties à se coordonner autour d’une stratégie de prise en charge commune et graduée du patient, formalisée dans un projet médico-soignant partagé. Le GHT Cévennes-Gard-Camargue, dont le CHU de Nîmes est l’établissement support, comporte 17 membres dont huit établissements de santé (CHU de Nîmes, CH Alès-Cévennes, CH de  Bagnols-sur-Cèze, CH d’Uzès, CH du Mas Careiron, CH de Pont-St-Esprit, CH de Ponteils-en-Brésis et CH du Vigan).Il intègre aussi neuf EHPAD en direction commune avec les établissements précités ( Saint-Gilles, Beauvoisin, Redessan-Cabrières, Euzet-les-Bains, Aramon, Montfrin, Sauve, Saint-Hippolyte-du-Fort, Lasalle).
S’y ajoutent également, par convention d’association, deux HAD privées du département (APARD et 3G Santé), 9 EHPAD publics autonomes et le Groupement de Coopération Sanitaire IPIJTHN en pédopsychiatrie (CHU de Nîmes, Croix-Rouge et Association Escalières).

Le GHT Cévennes – Gard – Camargue, acteur socio-économique de premier plan, est un des principaux employeurs et donneur d’ordres du territoire
Le GHT emploie 11 500 professionnels dont 1 800 médecins, soit plus de 25 000 ménages. Il est également acheteur avec 220 millions d’euros d’achats (dont 58 % de produits de santé). Pour un euros investi par le CHU, on observe deux euros de retombées induites. Sur un budget de 500 millions d’euros, l’impact pour le territoire est de plus de 900 millions d’euros.

En savoir plus sur le Comité territorial des élus locaux 
Le comité est composé des représentants des élus des collectivités territoriales aux conseils de surveillance des établissements parties au groupement. Figurent également les maires des communes sièges des établissements du groupement, les représentants des élus des collectivités territoriales aux conseils d’administration des établissements ou services médico-sociaux, le président du comité stratégique, les directeurs des établissements et le président du collège médical ou de la commission médicale de groupement.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.