GHT de Loire-Atlantique (GHT 44) : une co-construction à 13

Les 13 établissements de santé publics du département de Loire-Atlantique ont fondé le groupement hospitalier de territoire 44 ; un dispositif de coordination de l'offre de soins publique au service d'une population d'1,4 million d'habitants. Le GHT 44 a pour objectif d’améliorer la prise en charge des patients par une meilleure complémentarité des établissements membres, une plus grande structuration des parcours de patients et un accès facilité aux innovations médicales.
Les 13 établissements de santé publics du département de Loire-Atlantique ont fondé le groupement hospitalier de territoire 44 ; un dispositif de coordination de l’offre de soins publique au service d’une population d’1,4 million d’habitants. 
Le GHT 44 a pour objectif d’améliorer la prise en charge des patients par une meilleure complémentarité des établissements membres, une plus grande structuration des parcours de patients et un accès facilité aux innovations médicales.
La constitution du GHT 44 fait suite à un important travail collaboratif mené entre janvier et mai 2016 en lien avec la Fédération Hospitalière de France et l’Agence Régionale de Santé. Il s’est traduit par la rédaction de la convention constitutive du GHT et de son projet médical partagé.
Le projet médical partagé, construit lors d’un séminaire réunissant tous les établissements du territoire (médecins, directeurs, directeurs des soins des hôpitaux), est fondé sur un socle commun : la volonté d’assurer une prise en charge de proximité des patients en s’appuyant sur les spécificités de chaque établissement et sur des équipes médicales partagées.
Collectivement, les membres du GHT veulent promouvoir l’ambition de service public sur le territoire de santé 44 et dans ses quatre sous-territoires. Un travail approfondi d’harmonisation des filières territoriales a été mené afin de proposer aux patients des soins au plus près de leur domicile dans le cadre d’une graduation équilibrée entre les sites hospitaliers. 
Le GHT entend aussi développer la recherche et les activités d’enseignement.
La gouvernance du GHT a été imaginée, à travers ses instances, de manière à assurer une représentation équilibrée de chacun des membres et l’implication de tous les établissements. L’établissement support désigné est le CHU de Nantes.
GHT 44 : 13 établissements signataires de la convention constitutive 
CH Francis Robert d’Ancenis & CH Aimé Jallot de Candé (49)
CHS de Blain
CHS G. Daumézon, Bouguenais
CH Châteaubriant-Nozay-Pouancé
Centre hospitalier Pierre-Delaroche, Clisson
Hôpital Bel-Air, Corcoué-sur-Logne
Hôpital intercommunal de la Presqu’Île, Guérande
CHU de Nantes
Hôpital intercommunal du Pays de Retz, Pornic
CH de réadaptation de Maubreuil, Saint-Herblain
CHG de Saint-Nazaire
Centre hospitalier de Savenay
Hôpital intercommunal Sèvre et Loire, Vertou.
Projet médical partagé du GHT 44 : 6 axes de travail 
le pilotage d’un projet territorial en santé mentale et en addictologie,
la prise en charge en aval des patients,
la structuration de filières cliniques autour de soins gradués et territorialisés,
le développement de filières plateau-technique avec des projets médico-techniques partagés,
le développement d’équipes médicales partagées,
le développement de la recherche et de la formation.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.