GHT du Loiret : l’union de 9 établissements au service de 684 000 habitants

Consolider l’offre de soins de proximité pour répondre au mieux aux besoins des 684 000 habitants de leur territoire, organiser leur accès à une prise en charge graduée dans des unités de référence et de recours. Telle est l’ambition des 9 hôpitaux membres du Groupement Hospitalier de Territoire du Loiret créé par arrêté de l’Agence Régionale de Santé Centre-Val de Loire, le 1er juillet 2016. Ensemble, ils vont élaborer une stratégie de santé unique, partagée par leurs équipes médicales et paramédicales, les élus et les représentants des usagers.
Consolider l’offre de soins de proximité pour répondre au mieux aux besoins  des 684 000 habitants de leur territoire, organiser leur accès à une prise en charge graduée dans des unités de référence et de recours. Telle est l’ambition des 9 hôpitaux membres du Groupement Hospitalier de Territoire du Loiret créé par arrêté de l’Agence Régionale de Santé Centre-Val de Loire, le 1er juillet 2016. Ensemble, ils vont élaborer une stratégie de santé unique, partagée par leurs équipes médicales et paramédicales, les élus et les représentants des usagers. 
Le GHT du Loiret est composé de 9 établissements et représente 2 600 lits dédiés aux activités Médecine, Chirurgie et Obstétrique (MCO) ; Soins de suite et réadaptation et Psychiatrie,).
– Le centre hospitalier Pierre Dezarnaulds de Gien,
– Le centre hospitalier Lour Picou de Beaugency
– Le centre hospitalier Pierre Lebrun de Neuville aux Bois
– Le centre hospitalier de l’agglomération montargoise d’Amilly
– Le centre hospitalier de Sully sur Loire
– Le centre hospitalier de Pithiviers
– Le centre hospitalier Paul Cabanis de Beaune la Rolande
– Le centre hospitalier régional d’Orléans
– Le centre hospitalier départemental Georges Daumézon de Fleury les Aubrais
Etablissement support, le Centre hospitalier régional d’Orléans assurera la mutualisation des fonctions comme les achats ou les systèmes d’information. Le GHT du Loiret est associé au CHU de Tours pour les missions d’enseignement et de recherche.

Les instances de gouvernance du GHT du Loiret
Un comité stratégique, un collège médical de groupement, une commission des soins infirmiers, de rééducation et médicotechniques de groupement président aux destinées du CHT, comme prévu par la loi. Dans chacune de ces instances, il a été recherché une composition équilibrée de sorte de garantir une représentation traduisant la diversité des établissements du Loiret. 
S’ajoutent à ces instances hospitalières un comité territorial des élus locaux et un comité des usagers. La création de ce dernier s’inscrit pleinement dans la loi du 26 janvier 2016 qui consolide les droits collectifs des usagers du système de santé. 
Associés à la constitution du périmètre des GHT, à la réalisation des diagnostics territoriaux et à la définition des besoins, les représentants des usagers pourront d’autant mieux apprécier les avancées du projet médical partagé et apporter des recommandations.
Enfin une conférence territoriale de dialogue social est également instituée.
Le projet médical, socle du GHT
Le coeur du GHT est son projet médical partagé. Si les objectifs de ce projet médical sont définis dans la convention constitutive, le déploiement de ce dernier se fera progressivement jusqu’en juillet 2017, selon le calendrier légal.
D’ores et déjà, de nombreuses réunions de concertation avec les professionnels médicaux des neuf établissements du groupement, dans un esprit de co-construction. Ainsi le projet tient compte des spécificités locales tant épidémiologiques que démographiques :  disparités de l’état de santé de la population, faible nombre des médecins, configuration géographique du département tenant compte des habitudes de déplacements des populations, de l’état des infrastructures…
Le projet médical s’appuie sur les principes de qualité et de subsidiarité. Sur la base du diagnostic de l’organisation des soins du territoire, il s’avère nécessaire de soutenir une offre de soins de proximité homogène et une prise en charge graduée, toutes deux adaptées à la particularité géographique du département du Loiret.
Penser l’offre de soins en fonction du parcours de soins du patient
Accueilli dans la structure la plus proche de son domicile, le patient sera orienté en fonction de sa pathologie vers l’une des filières médicales du GHT la plus adaptée pour établir un diagnostic et/ou une prise en charge coordonnée. Cette intercommunication entre les établissements de santé, améliorera la fluidité et l’accessibilité aux soins de tout patient sur le territoire du Loiret et optimisera les ressources des différents hôpitaux.
Au regard du manque d’effectifs de praticiens, les enjeux se concentrent sur l’organisation de consultations avancées, la mise en place de projets médicaux communs par pathologies et filières, en renforçant l’attractivité de l’exercice médical hospitalier.
A cette étape du projet médical, 9 filières de soins ont été identifiées. Il s’agit de la filière gériatrique, de la filière urgences, de la filière périnatalité (femme-enfant), de la filière cancérologie, de la filière neurologie, de la filière autres disciplines médicales, de la filière chirurgie, de la filière prévention et de la filière psychiatrie.
Les prochaines étapes
Le GHT constitué, es différentes instances se préparent à lancer le chantier des mutualisations et à approfondir le projet médical, dans le respect du calendrier fixé par la loi du 26 janvier 2016.
En janvier 2017, le projet médical partagé précisera l’organisation de l’offre de soins graduée par filière. Il sera finalisé pour le 1er juillet 2017, incluant le projet de soins qui traduit sur le plan soignant les orientations retenues au niveau médical.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.