GHT Est-Hérault et Sud-Aveyron 8 établissements unis autour du CHU de Montpellier

Les 900 000 habitants du nouveau territoire de santé de l’Est de l’Hérault et du Sud de l’Aveyron disposent désormais d’une organisation hospitalière graduée entre les 9 établissements unis au sein d'un Groupement Hospitalier de Territoire. Il s'agit des Hôpitaux du Bassin de Thau (Sète et Agde), des Centres Hospitaliers de Clermont‐l’Hérault, Lamalou‐les‐Bains, Lodève, Lunel, Millau, Saint‐Affrique, Séverac‐le‐Château et du Centre Hospitalier Universitaire de Montpellier. Ces hôpitaux de proximité, de recours et de référence, proches géographiquement, entretiennent des coopérations anciennes et structurées au sein desquelles les patients ont pris l’habitude de circuler facilement.
Les 900 000 habitants du nouveau territoire de santé de l’Est de l’Hérault et du Sud de l’Aveyron disposent désormais d’une organisation hospitalière graduée entre les 9 établissements unis au sein d’un Groupement Hospitalier de Territoire. Il s’agit des Hôpitaux du Bassin de Thau (Sète et Agde), des Centres Hospitaliers de Clermont‐l’Hérault, Lamalou‐les‐Bains, Lodève, Lunel, Millau, Saint‐Affrique, Séverac‐le‐Château et du Centre Hospitalier Universitaire de Montpellier. Ces hôpitaux de proximité, de recours et de référence, proches géographiquement, entretiennent des coopérations anciennes et structurées au sein desquelles les patients ont pris l’habitude de circuler facilement.
Le GHT Est-Hérault et Sud-Aveyron couvre une population de plus de 880 000 habitants, en offrant près de 4200 lits et places et en s’appuyant sur plus de 12 000 professionnels de santé ainsi que sur les compétences et les spécificités de chaque établissement.
La convention constitutive du GHT a été approuvée par ses 9 membres, le 30 juin 2016. Le GHT Est-Hérault et Sud-Aveyron est l’un des 14 GHT validés par l’Agence Régionale de Santé d’Occitanie.
Le projet médical partagé sur uterritoire de coopération cohérent
Dans l’Est de l’Hérault et le Sud de l’Aveyron, les neuf hôpitaux parties à ce GHT ont travaillé collectivement, au cours du 1er semestre 2016, un projet médical et de soins partagé s’appuyant sur deux principes :
une prise en charge des patients la plus adaptée à leurs besoins et à leur pathologie au travers de filières structurées des urgences et de filières spécialisées en psychiatrie, pneumologie, hématologie…,  de la cancérologie et des soins de suite et de réadaptation.
le partage de l’information et des compétences entre tous les établissements membres. Il s’agit de faciliter et d’améliorer la coopération entre professionnels au sein du GHT. Sur la base de ces grandes orientations stratégiques, validées au mois de juin par les instances et les conseils de surveillance des neuf hôpitaux, le travail se poursuivra, au cours du 2nd semestre 2016, pour élaborer et rédiger le projet médical et de soins partagé du GHT.

Une place particulière pour le CHU, établissement support
Le CHU de Montpellier assurera la fonction, prévue par la loi, d’établissement support du groupement. Il sera ainsi chargé d’assurer certaines fonctions pour le compte de l’ensemble des établissements du groupement : achats, système d’information, formation initiale et continue des professionnels.
En tant qu’établissement hospitalo‐universitaire, il apportera en outre au groupement ses compétences spécifiques en matière d’enseignement, de recherche, d’innovation ou encore de gestion de la démographie médicale. Sur ces activités, et conformément à la loi, le CHU sera également associé aux travaux des autres GHT de l’Est de l’Occitanie (Béziers, Perpignan‐Narbonne, Lozère, Gard).
Pour les patients, le CHT est synonyme d’égalité d’accès aux soins de qualité et de parcours simplifié
La constitution des GHT n’a pas pour objectif de supprimer des hôpitaux ou des activités, mais de leur permettre de mieux travailler ensemble. Ainsi, la constitution du GHT Est‐Hérault‐Sud‐ Aveyron n’a pas pour objectif de conduire à des fermetures de services ou de fusionner les activités de certains hôpitaux. Les patients continueront d’être pris en charge dans les établissements qu’ils connaissent, par les professionnels de santé qui les suivent.
En revanche, l’objectif du GHT est de renforcer le travail en commun entre les professionnels publics de santé du territoire. Grâce à cette coopération renforcée, les neuf hôpitaux du GHT souhaitent garantir l’accès de tous les patients à des soins sécurisés et de qualité. Ils veulent également rendre plus simple le parcours du patient entre les hôpitaux, en facilitant, lorsque cela est nécessaire, son accès aux fonctions de recours et de référence.
Un GHT : une stratégie de groupe sur un territoire cohérent
La constitution des Groupements Hospitaliers de Territoire a pour objectif d’organiser une véritable « stratégie de groupe des hôpitaux publics ». En concevant un projet médical partagé et en organisant certaines missions en commun, les hôpitaux publics organisent en commun la prise en charge hospitalière des patients du GHT.
Le but est de fluidifier le parcours des patients en organisant au mieux leur prise en charge, en garantissant l’égalité́ d’accès à des soins sécurisés et de qualité́ et la coordination de l’offre de soins avec un accès facilité aux fonctions de recours et de référence.

L’objectif n’est pas de supprimer des hôpitaux, ni d’en organiser la fusion, mais de renforcer encore leur coopération au service des patients. Ainsi, le travail commun ne remet pas en cause l’autonomie (financière, juridique, institutionnelle) de chaque établissement.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.