GHT et post réanimation : parcours de réhabilitation précoce Lille – Wattrelos

Offrir les meilleures chances de réhabilitation aux patients en réanimation en optant pour la réhabilitation précoce. Tel est l’enjeu de la nouvelle filière Lille – Wattrelos. Initiée dès la réanimation, la réhabilitation précoce s’est imposée depuis 10 ans comme un facteur majeur de diminution de la morbidité et de retour plus rapide à une autonomie. Pour que chaque patient bénéficie de ce progrès le CHU de Lille a mise en place un parcours coordonné et privilégié au sein du GHT Lille Métropole‐Flandre Intérieure. 70 patients vont bénéficier de cette nouvelle filière créée entre la réanimation du CHU et la rééducation de Centre Hospitalier de Wattrelos.
Offrir les meilleures chances de réhabilitation aux patients en réanimation en optant pour la réhabilitation précoce. Tel est l’enjeu de la nouvelle filière Lille – Wattrelos. Initiée dès la réanimation, la réhabilitation précoce s’est imposée depuis 10 ans comme un facteur majeur de diminution de la morbidité et de retour plus rapide à une autonomie. Pour que chaque patient bénéficie de ce progrès le CHU de Lille a mise en place un parcours coordonné et privilégié au sein du GHT Lille Métropole‐Flandre Intérieure. 70 patients vont bénéficier de cette nouvelle filière créée entre la réanimation du CHU et la rééducation du Centre Hospitalier de Wattrelos.
« L’introduction précoce de mesures de réhabilitation a représenté un progrès majeur dans nos prises en charge mais trop souvent elles ne peuvent se poursuivre faute de structure capable d’assumer de concert la sécurité d’un patient encore fragile et une rééducation intensive. L’ouverture d’unités de surveillance continue en proximité immédiate d’un plateau complet de rééducation apporte une solution à ce manque et permet d’optimiser ainsi le parcours de soins de ces patients. » explique le Pr. Daniel Mathieu, chef du pôle de réanimation médicale au CHU de Lille. Or Wattrelos dispose justement d’une équipe de réhabilitation expérimentée particulièrement compétente en rééducation cardiaque et respiratoire, d’une unité de soins continus de lits de soins de suite et de réadaptation (SSR), et d’un plateau technique performant.

Les avantages de cette nouvelle organisation sont nombreux : l’autonomisation plus précoce des patients, des suites moins lourdes et une durée et une intensité limitée des prises en charge à domicile. Le parcours patient est ainsi amélioré sur les lits d’amont et d’aval.

« Ce partenariat entre le CHU de Lille et le CH de Wattrelos est l’aboutissement d’un travail collaboratif, dynamique et novateur qui renforce la qualité de prise en charge de nombreux patients après leur hospitalisation en réanimation. » se réjouit Frédéric Boiron, Directeur Général du CHU de Lille, Directeur de l’Etablissement support du GHT Lille Métropole Flandre Intérieure.

La filière réanimation – réhabilitation concrètement

Deux lits seront réservés à Watrelos aux patients suivant ce parcours, pour la première année d’expérimentation de la filière. Ce « partenariat fédérateur et motivant » selon les termes employés par Eric Krzykala, Directeur du CH de Wattrelos, s’inscrit dans le projet médico‐soignant partagé du Groupement Hospitalier de Territoire Lille Métropole Flandre Intérieure, qui permet d’offrir aux patients du territoire les meilleures prises en charge, adaptées à leurs besoins. 
« Pour l’hôpital de Wattrelos, l’un des plus petits établissements du GHT, il s’agit d’une reconnaissance du savoir‐faire de nos équipes médicales et paramédicales. » déclare le Dr Alain Strecker, Président de la Commission Médicale D’établissement du CH de Wattrelos.
L’initiative est soutenue par l’Agence Régionale de Santé des Hauts‐de‐France.
En 2016, au CHU de Lille, 366 séjours en réanimation ont nécessité plus de 14 jours d’hospitalisation ; une durée motivée par des raisons médicales mais au‐delà de laquelle certaines complications peuvent apparaître. La réhabilitation précoce passe donc par une modification des pratiques en réanimation associée à une rééducation intensive.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.