GHT Haute Bretagne : 11 hôpitaux engagés au service de 900 000 habitants

Le Groupement Hospitalier de Territoire – Haute Bretagne réunit 11 établissements publics de santé. Délimité par les villes d’Antrain et de St Brice au nord, de Redon et du Grand Fougeray au sud, de Saint Méen le Grand et de Carentoir à l’ouest et de Vitré et Fougères à l’est, le GHT est constitué du CHU de Rennes et de 10 centres hospitaliers. La création de ce CHT vient entériner des coopérations initiées de longue date.
Le Groupement Hospitalier de Territoire – Haute Bretagne réunit 11 établissements publics de santé. Délimité par les villes d’Antrain et de St Brice au nord, de Redon et du Grand Fougeray au sud, de Saint Méen le Grand et de Carentoir à l’ouest et de Vitré et Fougères à l’est, le GHT est constitué du CHU de Rennes et de 10 centres hospitaliers. La création de ce CHT vient entériner des coopérations initiées de longue date.
Le GHT – Haute Bretagne compte 4 877 lits et places, 11 174 professionnels dont près de 914 médecins, 394 internes et 9 866 personnels non médicaux. Il représente un budget de fonctionnement de 954,9 millions d’euros. Au 1er juillet, le GHT Haute Bretagne est composé du Centre Hospitalier Universitaire de Rennes, établissement pivot et de :
– 3 Centres Hospitaliers ayant une activité de médecine, chirurgie et obstétrique (MCO) :
Le Centre Hospitalier de Redon, le Centre Hospitalier de Fougères, le Centre Hospitalier de Vitré ;
– 7 Centres Hospitaliers de proximité :
Le Centre Hospitalier de Janzé, le Centre Hospitalier des Marches de Bretagne, le Centre Hospitalier de La Guerche de Bretagne (en direction commune avec le CH de Vitré), le Centre Hospitalier du Grand Fougeray, le Centre Hospitalier de Montfort-sur-Meu (en direction commune avec le CHU de Rennes), le Centre Hospitalier de Saint-Méen-le-Grand (en direction commune avec le CHU de Rennes), le Centre Hospitalier de Carentoir (en direction commune avec le CH de Redon).

Les établissements travaillent ensemble tout en conservant leur autonomie juridique et financière. Dans le fonctionnement du groupement, même si le CHU de Rennes est établissement support, ils affirment le principe de subsidiarité
A travers une stratégie de groupe, ces établissements vont proposer une offre de soins graduée, adaptée aux besoins des 900 000 habitants du territoire. Leur coopération renforcée s’articulera autour d’un projet médical et soignant couvrant les soins de proximité avec une présence médicale de qualité sur l’ensemble du territoire, à la mise en place d’un parcours coordonné avec accès à une filière de recours pour les activités spécialisées. Ce projet, fondé sur la qualité et la sécurité des soins tiendra compte de l’évolution des besoins de santé et des flux des patients au sein du territoire desservi. Il sera achevé d’ici un an.
Le GHT : une étape supplémentaire dans le renforcement de coopérations déjà engagées dans 21 spécialités médicales et chirurgicales
De nombreuses actions de coopération dans plusieurs spécialités médicales, chirurgicales mais aussi médico-techniques sont déjà mises en œuvre avec succès. Ainsi, plus de 35 médecins du CHU sont en postes partagés avec un autre établissement du GHT – Haute Bretagne ou exercent une activité de consultation sur plusieurs établissements. 
Hors du Groupement Hospitalier de Territoire – Haute Bretagne, ce sont 17 médecins qui travaillent également sur des postes partagés entre établissements publics et privés du territoire 5 et de la région.
Ces coopérations permettent d’organiser une prise en charge spécialisée des patients au plus près de chez eux, tout en structurant la filière de recours vers le CHU ; un atout pour les patients et pour les établissements qui peinent parfois à recruter des médecins ou des chirurgiens sur certaines disciplines.
Ces partenariats étroits se sont concrétisés par la signature de conventions de coopération entre le CHU et les Centres hospitaliers du territoire. Chacun de ces établissements a également développé des coopérations avec d’autres acteurs.
Deux fédérations médicales inter-hospitalières engagent le CHU de Rennes et les Centres hospitaliers de Redon, Vitré, Fougères, sur les filières digestive et les filières pédiatrie et périnatalité.
Au Centre hospitalier de Fougères, plusieurs jeunes médecins et chirurgiens sont arrivés en 2015, tout en continuant à exercer et à se perfectionner au CHU. Ainsi, en chirurgie vasculaire, le recrutement d’un jeune chirurgien thoracique et vasculaire qui exerce en temps partagé entre les deux établissements. Il assure conjointement, avec un chirurgien vasculaire plus expérimenté du CHU, une activité de consultation et il pratique avec lui des interventions de chirurgie vasculaire le lundi à Fougères. Les interventions lourdes restent toutefois réalisées au CHU.
A Redon, depuis 2014, c’est une organisation mutualisée qui permet également au Centre hospitalier de bénéficier d’une permanence des soins en radiologie, au moyen de la télé-radiologie.
A Vitré, un cardiologue partage son temps à 50/50 entre le Centre hospitalier et le CHU alors que des consultations de neurologie sont ouvertes aux Vitréens tous les quinze jours.
Le Centre hospitalier de Janzé a ouvert un centre bucco-dentaire destiné à la population en grande dépendance (personnes âgées et personnes handicapées) du sud du Territoire. Un centre qui répond aux difficultés d’accès à la prévention et aux soins de ces populations, et pour lequel le CHU apporte son recours pour les prises en charge complexes.
Le Centre hospitalier de Fougères et celui des Marches de Bretagne ont développé une convention dans le but de mieux organiser et coordonner l’offre des différents services de santé, sociaux et médico-sociaux pour les soins aux personnes de plus de 75 ans. L’objectif est d’orienter le patient vers la structure la plus adaptée à son état de santé, au moment où il en a besoin. Cette organisation améliore le parcours de soins, entre l’hôpital et le lieu de vie. De nombreux partenaires sont également partie prenante de cette filière tels que les établissements d’hébergement (EHPAD, foyers-logements, MARPA …), les Services de Soins à domicile, les structures d’accompagnement social (CDAS, CLIC …), les professionnels de santé libéraux, l’association Appui Santé du Pays de Fougères.  

Concertation et ouverture
Le Groupement Hospitalier Haute – Bretagne a fait le choix d’une structure de gouvernance souple, dans une logique fédérative et non intégrative avec des instances resserrées (comité stratégique du groupement, collège médical, comité des usagers, commission des soins infirmiers, de rééducation et médico-techniques, comité territorial des élus locaux, conférence territoriale de dialogue social).
La responsabilité du pilotage de l’élaboration du projet médical partagé permettra de valoriser tous les acteurs médicaux du GHT, et pas seulement ceux du CHU. Ce travail, qui a également déjà été engagé sur les fonctions supports (achats, système d’information, qualité, coordination des instituts de formation et des écoles), relève du même souci de valorisation et de développement de toutes les compétences.
Les établissements du GHT se sont aussi engagés à élaborer une « charte sociale » permettant, dans le cadre du GHT, de définir des règles du jeu communes en matière de gestion des ressources humaines.
Par ailleurs, conformément à ses missions régionales et universitaires, le CHU de Rennes assurera les activités de recours, de recherche, de gestion de la démographie médicale et d’enseignement au sein du GHT. Il sera également membre associé pour la conduite de ces missions hospitalo-universitaires pour les GHT de la région relevant de la sub-division de l’internat.

Enfin, le GHT associera les autres acteurs de la santé et du médico-social du territoire à l’élaboration du projet médical partagé dans un esprit d’ouverture : médecine de ville, Etablissement de Santé d’Intérêt Collectif : le Groupe HSTV – dont la Polyclinique Saint Laurent, le Centre de Lutte Contre le Cancer Eugène Marquis, la clinique Saint Yves, le pôle gériatrique rennais, le Centre Rey Leroux, l’Hospitalisation à Domicile 35 , les EHPAD, les établissements privés à but lucratif….

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.