GHT Loire doublement pionnier : certification et site web

Avant d’initier la certification conjointe de ses 20 membres, le GHT Loire a lancé la procédure dite de certification synchronisée, ce lundi 9 octobre 2017. Une première en France pour un GHT ayant un CHU comme établissement support, Saint-Etienne en l’occurrence. Le GHT Loire innove aussi en créant un site internet dédié au GHT avec accès sécurisé des patients à leurs examens et autres documents de santé.

Avant d’initier la certification conjointe de ses 20 membres, le GHT Loire a lancé la procédure dite de certification synchronisée, ce lundi 9 octobre 2017. Une première en France pour un GHT ayant un CHU comme établissement support, Saint-Etienne en l’occurrence. Le GHT Loire innove aussi en créant un site internet dédié au GHT avec accès sécurisé des patients à leurs examens et autres documents de santé.

Une politique qualité et sécurité des soins affirmée et adoptée par les 20 établissements.

La gouvernance du GHT Loire, le plus important en nombre d’établissements membres, a souhaité mettre en avant dès sa création l’impératif de qualité et d’amélioration continue. Cet objectif est repris en tant qu’axe transversal dans le Projet Médical Partagé approuvé par l’Agence Régionale de Santé le 5 octobre dernier. Dès novembre 2016, une politique qualité commune a également été rédigée et adoptée par l’ensemble des établissements. Elle se concrétise aujourd’hui par un engagement collectif dans la démarche de certification conjointe.

La qualité en 4 thématiques

Les groupes de travail associant médecins, soignants et qualiticiens se sont réunis à partir de la fin d’année 2016 pour proposer une « boîte à outils » commune sur 4 thématiques :
• Management de la Qualité et Gestion des Risques
• Identitovigilance
• Hygiène et Risque Infectieux
• Droits des patients
Ces 4 thématiques communes ont été présentées aux experts-visiteurs et à la Direction de la certification de la HAS ce 9 octobre.

Une plateforme numérique pour faciliter les échanges entre équipes

Le travail de ces groupes s’appuie sur des moyens communs : espace numérique partagé mais aussi une « hotline qualité » dont la modération est assurée par l’équipe de la Direction qualité du CHU.

Vers une certification conjointe

La certification synchronisée prévoit un calendrier de visite resserré entre octobre 2017 et avril 2018, pour les 8 établissements du GHT en attente de la V2014. Il s’agit de créer une dynamique et une émulation autour d’une préparation commune. Le CHU de Saint-Etienne, établissement support du GHT, sera le premier de la liste.
Après ce tour de piste inédit, la certification conjointe sera programmée à horizon 2021. Elle consistera en une visite simultanée des 19 établissements du GHT Loire soumis à certification, mais également à une préparation et des résultats communs.

Rappel – la visite de certification : une obligation pour tous les établissements de santé 

Tous les 4 ans, chaque établissement de santé public ou privé reçoit la visite d’experts de la Haute Autorité de Santé pour une évaluation obligatoire de nombreux processus de prises en charge ou d’activités supports aux soins. L’objectif de la visite est de porter une appréciation indépendante sur la qualité des prestations des établissements de santé en France. La visite est conclue par un rapport cotant l’établissement sur une échelle allant de A à E. 
Lors de sa dernière visite de suivi en 2015, le CHU de Saint-Etienne avait obtenu la levée de toutes les réserves et de toutes les recommandations faites par la HAS.

www.ghtloire.fr

Les 20 établissements du GHT Loire se sont dotés d’un site web pour un accès rapide et ciblé à leur information. Les patients trouveront les renseignements les filières de prise en charge et les parcours de soin ainsi qu’un lien vers le portail web monGHTLoire.fr qui met à leur disposition et de manière sécurisée les résultats des examens de biologie, les comptes-rendus d’hospitalisation et bientôt il leur sera possible de prendre rendez-vous à partir de cette plateforme. Les professionnels de santé retrouveront l’offre de soins des établissements ainsi que les espaces collaboratifs.

Le GHT Loire, le plus important des GHT de France en nombre d’établissements

Le GHT Loire regroupe 20 établissements, le CHU de St Etienne, structure pivot, 5 CH, 1 institut spécialisé en cancérologie et 13 Hôpitaux de proximité. S’étendant de Roanne à Annonay, le périmètre du GHT a été défini en tenant compte des bassins de population, au total 820 000 habitants, et du réseau de transport ce qui explique le rattachement des hôpitaux de l’Ouest du Rhône et du Nord de l’Ardèche. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Simuler un attentat ou une tempête pour préparer aux situations d’urgence 

Après l’impressionnant déploiement du “Shelter”, hôpital mobile du CHU de Toulouse, ce fut au tour du projet “SENS” d’être présenté lors de la dernière édition de SantExpo. SENS, ou autrement dit un centre de simulation environnementale et neurosensorielle de 140 m2, ayant la capacité de recréer diverses situations extrêmes pour préparer au mieux les professionnels de l’urgence à des crises majeures. Un projet attendu sur le site de l’hôpital Purpan en 2024.

A Santexpo, des CHU de France en transition(s)

Pour la deuxième année consécutive, les 32 CHU ont affiché leur unité à l’occasion de Santexpo, salon qui a réuni du 23 au 25 mai l’écosystème de la santé. S’il est difficile d’évaluer les retombées réelles pour les établissements, ce rassemblement sur deux stands et une même bannière (CHU de France) aura eu le mérite de faire valoir un certain nombre de thèmes, dont les transitions numérique, écologique ou sociale au sein de l’hôpital. A défaut d’énumérer tout ce que nos caméras ont pu capter d’échanges sur ces trois jours, la rédaction vous propose de revivre dix temps forts.

Vincent Vuiblet : “L’IA va profondément modifier l’ensemble des fonctions hospitalières.” 

Connaissance des maladies, aide aux diagnostics, dépistage précoce, prise en charge des patients, prédiction de l’efficacité des traitements ou encore suivi des épidémies… dans la santé comme dans d’autres domaines, l’Intelligence artificielle est promise partout. Si les perspectives semblent vertigineuses, difficile de saisir ce que cette évolution technologique, que certains appréhendent comme une “révolution”, implique réellement. A l’occasion de SantExpo, nous avons interrogé Vincent Vuiblet, Professeur de médecine au CHU de Reims et directeur de l’Institut d’Intelligence Artificielle en Santé Champagne Ardenne depuis 2020, sur ce sujet particulièrement d’actualité. L’occasion pour lui de nous éclairer, de balayer aussi un certain nombre d’idées reçues et de fantasmes.

Le CHU de Bordeaux aux petits soins avec ses nouveaux internes

Le 15 mai dernier, deux cent six nouveaux internes ont été accueillis au Grand Théâtre, bâtiment phare de la capitale girondine et propriété du CHU de Bordeaux. Un événement en grandes pompes voulu par Yann Bubien, peu de temps après son arrivée en tant que Directeur général.

A saint-Étienne, cette nouvelle clinique soigne les champions comme les sportifs du dimanche

Ouverte depuis novembre dernier, la Clinique Universitaire du Sport et de l’Arthrose (CUSA) accueille dix-sept praticiens travaillant de concert pour soigner les problématiques qui entourent l’appareil locomoteur. Et si son plateau technique de pointe voit défiler les sportifs de haut niveau comme les amateurs, c’est une autre population, touchée par l’arthrose et autres douleurs articulaires, qui prend massivement rendez-vous. Reportage.