GHT Somme Littoral Sud : l’expertise HU partagée

Accès à l’expertise d'un CHU, réunions de concertation pluridisciplinaires par visoconférence, interventions de spécialistes, recrutement d’assistants et de praticiens hospitaliers à temps partagé, regroupement de pôles... Au sein du Groupement Hospitalier de Territoire (GHT)* Somme Littoral Sud, le CHU Amiens Picardie partage son expertise avec les 9 établissements membres. Sur la Côte d’Opale, l’élaboration du projet médical commun offre une démonstration concrète d’un maillage médical expert déployé au plus près des patients. Pour ces derniers la nouvelle organisation est synonyme de réduction des délais, des distances et des coûts. Leurs frais de santé seront limités aux prises en charge de l’assurance maladie, en secteur 1, sans dépassement d’honoraires.
Accès à l’expertise d’un CHU, réunions de concertation pluridisciplinaires par visoconférence, interventions de spécialistes, recrutement d’assistants et de praticiens hospitaliers à temps partagé, regroupement de pôles…  Au sein du Groupement Hospitalier de Territoire (GHT)* Somme Littoral Sud, le CHU Amiens Picardie partage son expertise avec les 9 établissements membres. Sur la Côte d’Opale, l’élaboration du projet médical commun offre une démonstration concrète d’un maillage médical expert déployé au plus près des patients. Pour ces derniers la nouvelle organisation est synonyme de réduction des délais, des distances et des coûts. Leurs frais de santé seront limités aux prises en charge de l’assurance maladie, en secteur 1, sans dépassement d’honoraires. 
Le projet médical commun aux 10 établissements publics qui composent ce GHT se décline en 12 filières** parmi lesquelles la gérontologie, la cancérologie ou l’obésité…  L’accès aux soins se fait de manière graduée, le meilleur soin doit être d’abord proposé au plus près. Si la meilleure solution n’est pas proche car elle exige des spécialités ou sur-spécialités, elle sera facilitée au sein du groupement à l’aide des filières organisées.
Exemples de 5 parcours médico-soignants 
Cancérologie et chimiothérapie à Doullens : l’autorisation pour les traitements de chimiothérapie en hôpital de jour à Doullens a été maintenue grâce à l’association d’un spécialiste oncologue du CHU Amiens-Picardie qui vient sur place, à Doullens. La prise en charge du patient est ainsi sécurisée et reste assurée en proximité.
Réunions de concertation pour le suivi des patients en cancérologie entre Montreuil-sur-Mer et Amiens : la modernité de la visioconférence permet aux praticiens du Centre hospitalier de l’Arrondissement de Montreuil-sur-Mer (CHAM) de discuter avec leurs collègues du CHU sur des dossiers de patients particulièrement complexes en cancérologie digestive. Ces réunions de concertation pluridisciplinaires (RCP) se font mensuellement. L’accès à des avis très spécialisés sur des modalités conforte la prise en charge des patients de l’hôpital de Montreuil-sur-mer.
Filière gériatrique et prise en charge à Montreuil-sur-Mer : à partir de novembre 2017, les patients du CHAM vont bénéficier de l’expertise complémentaire d’un gériatre du CHU en poste partagé avec Montreuil. Ce type de coopération permettra de garantir un accès de proximité à l’expertise gériatrique aux 200 000 patients de plus de 80 ans attendus sur ces 20 prochaines années.
Filière obésité et parcours Amiens – Corbie : à l’instar de l’organisation en place sur le secteur du Montreuillois, il est prévu une coopération renforcée entre le CH de Corbie et le CHU pour assurer un parcours complet de prise en charge du patient obèse adulte. Ce rapprochement médical officiel permet le regroupement de certains pôles d’activités médicales et techniques et donc d’améliorer la prévention, la préparation du suivi chirurgical et la prise en charge en ambulatoire.
Filière pédiatrique entre Abbeville et Amiens : création prochaine d’une fédération médicale inter-établissement, s’appuyant sur le recrutement d’assistants et de praticiens hospitaliers à temps partagé entre le CHU et Abbeville. Ce projet permet de pallier les difficultés liées à la démographie médicale des spécialistes en pédiatrie et donc de répondre aux besoins de proximité.
Dates clés du projet médical commun 
En 2016, les Présidents de Commission Médicale d’Etablissement et les chefs d’établissements se sont attachés à définir les filières prioritaires, et à en retenir les objectifs généraux. Un travail identique a été mené en parallèle également pour les fonctions médico-techniques supports des activités médicales.
Une deuxième phase s’est alors engagée, associant la communauté médicale du GHT de façon large sous forme de groupes de travail pour chaque filière médicale et médicotechnique. Pour chaque projet, un binôme médical constitué à la fois d’un praticien de l’établissement support, le CHU d’Amiens, et d’un praticien d’un autre établissement membre du Groupement, binôme accompagné par un directeur d’appui. 
Les groupes de travail ont été élargis à la communauté paramédicale afin d’engager une troisième phase de réflexion. Les Présidents des La Commission des Soins Infirmiers, de Rééducation et Médico-Techniques de chaque établissement, en lien avec des professionnels paramédicaux du territoire, ont élaboré le projet de soins partagé. Chaque filière a ainsi été déclinée sur le plan opérationnel avec les modalités de son suivi et de son évaluation.
29 juin 2017 : mise en œuvre du projet médical et d’un projet de soins partagés par filière de soins. Les 10 représentants des établissements membres du GHT Somme Littoral Sud ont signé l’avenant n°2, comprenant le « Projet Médical Partagé » (filières médicales) et fonctions coordonnées (filières médicotechniques), le « Projet de Soins Partagé » et le projet relatif aux fonctions mutualisées (Ecoles et Formation – Développement professionnel continu) ». Le rôle du GHT Somme Littoral Sud prend ainsi tout son sens et entre dans une phase opérationnelle visible et profitable à la population. Toutes les étapes ont respecté les règles d’équilibre entre les professionnels et ont garanti la une représentation exhaustive des établissements membres.
Prochaines échéances du GHT
1er janvier 2018 : un schéma directeur des systèmes d’information et une organisation optimisée des achats du GHT
1er janvier 2020 : un compte qualité unique
1er janvier 2021 : des systèmes d’information hospitaliers convergents
*Le GHT Somme Littoral Sud 
Le GHT Somme Littoral Sud couvre une population de 630 000 habitants, pour une capacité d’accueil de 5 376 lits et places. Il implique 11 000 professionnels. Le budget de fonctionnement consolidé pour le GHT est égal à 1 milliard d’euros.
 – Etablissement support : CHU Amiens-Picardie
 – Centre hospitalier d’Abbeville
 – Centre hospitalier d’Albert
 – Centre hospitalier de la Baie de Somme
 – Centre hospitalier de Corbie
 – Centre hospitalier de Doullens
 – Centre hospitalier d’Hesdin
 – Centre hospitalier de Montreuil-sur-Mer
 – Centre hospitalier de Montdidier-Roye
 – Centre hospitalier Philippe Pinel
Les établissements membres du GHT Somme Littoral Sud affirment leur attachement aux valeurs qui inspirent leurs missions : la solidarité, la cohésion, la transparence, garante d’un climat de confiance réciproque, la concertation et le respect de l’autonomie des établissements.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.