GHT Somme Littoral Sud : regroupement de 10 hôpitaux publics dans les Hauts-de-France

Acte de naissance du 29 juin 2016 : un nouveau Groupement Hospitalier de Territoire (GHT)* vient de voir le jour dans les Hauts-de-France (anciennement Nord-Pas-de-Calais Picardie). 9 hôpitaux publics se sont rassemblés autour du CHU Amiens-Picardie, établissement pivot, pour unir leurs forces afin de soigner plus efficacement les 630 000 habitants de leur nouveau bassin. Il s’agit des centres hospitaliers d’Albert, de Doullens, d’Abbeville, de Corbie, de la Baie de Somme, de Montdidier-Roye, de Philippe Pinel, et aussi de Montreuil-sur-Mer et d’Hesdin.
Acte de naissance du 29 juin 2016 : un nouveau Groupement Hospitalier de Territoire (GHT)* vient de voir le jour dans les Hauts-de-France (anciennement Nord-Pas-de-Calais Picardie).  9 hôpitaux publics se sont rassemblés autour du CHU Amiens-Picardie, établissement pivot, pour unir leurs forces afin de soigner plus efficacement les 630 000 habitants de leur nouveau bassin. Il s’agit des centres hospitaliers d’Albert, de Doullens, d’Abbeville, de Corbie, de la Baie de Somme, de Montdidier-Roye, de Philippe Pinel, et aussi de Montreuil-sur-Mer et d’Hesdin

Les établissements membres du GHT affirment leur attachement aux valeurs de solidarité, de cohésion, de transparence, de confiance réciproque, de concertation et de respect de l’autonomie des établissements.
Le GHT Somme Littoral Sud compte 5 376 lits et places et emploie 11 000 professionnels. Son budget de fonctionnement consolidé s’élève à 1 milliard d’euros.

Le GHT Somme Littoral Sud aura le souci de proposer une offre de soins en adéquation avec l’évolution des besoins en santé de la population et de développer une logique de parcours gradué afin d’assurer un égal accès de tous aux soins. Il veut offrir le meilleur soin, au meilleur moment et dans l’environnement technique le plus adapté et le plus près possible du patient. Cette organisation doit être lisible pour les patients mais aussi pour les professionnels de santé.

Le GHT vise l’efficience des établissements de santé structurés en 13 filières de prise en charge coordonnées par une stratégie médicale commune : Les urgences, la gérontologie, les soins de suite et de réadaptation, la cancérologie, l’insuffisance rénale chronique, les accidents vasculaires cérébraux, la prise en charge de la femme, du couple et de l’enfant, les maladies neurodégénératives, l’obésité, les états végétatifs chroniques (evc) et les états pauci-relationnels (epr), la santé mentale, la psychiatrie générale et l’infanto-juvénile, l’addictologie,les soins aux détenus
Au-delà de ces 13 filières, 3 secteurs médico-techniques développeront des projets de partenariats : l’imagerie, la biologie, la pharmacie.

Enfin certains sujets de gestion viendront compléter les champs de collaboration : la politique d’achat, les systèmes d’information, l’information médicale, les écoles et instituts de formation paramédicale, le plan de formation continue et le développement professionnel continu des personnels de ces hôpitaux.
2016-2021 : les prochaines étapes : validation, achat, projet médical, systèmes d’information…
1er janvier 2021: des systèmes d’information hospitaliers convergents
1er janvier 2020: un compte qualité unique
1er janvier 2018: élaboration d’un schéma directeur des systèmes d’information
juillet 2016- juillet 2017 : élaboration d’un projet médical et d’un projet de soins partagés par filière de soins
1er janvier 2017: plan d’actions achats du Groupement Hospitalier  de Territoire
2ème semestre 2016 : mise en place des instances du Groupement Hospitalier de Territoire
1er septembre 2016 : validation par le Directeur Général de l’Agence régionale de Santé (ARS) de la convention constitutive 

*Cette nouvelle forme de coopération est prévue par le décret n° 2016-524 du 27 avril 2016 relatif aux groupements hospitaliers de territoire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.