GHT Somme Littoral Sud : regroupement de 10 hôpitaux publics dans les Hauts-de-France

Acte de naissance du 29 juin 2016 : un nouveau Groupement Hospitalier de Territoire (GHT)* vient de voir le jour dans les Hauts-de-France (anciennement Nord-Pas-de-Calais Picardie). 9 hôpitaux publics se sont rassemblés autour du CHU Amiens-Picardie, établissement pivot, pour unir leurs forces afin de soigner plus efficacement les 630 000 habitants de leur nouveau bassin. Il s’agit des centres hospitaliers d’Albert, de Doullens, d’Abbeville, de Corbie, de la Baie de Somme, de Montdidier-Roye, de Philippe Pinel, et aussi de Montreuil-sur-Mer et d’Hesdin.
Acte de naissance du 29 juin 2016 : un nouveau Groupement Hospitalier de Territoire (GHT)* vient de voir le jour dans les Hauts-de-France (anciennement Nord-Pas-de-Calais Picardie).  9 hôpitaux publics se sont rassemblés autour du CHU Amiens-Picardie, établissement pivot, pour unir leurs forces afin de soigner plus efficacement les 630 000 habitants de leur nouveau bassin. Il s’agit des centres hospitaliers d’Albert, de Doullens, d’Abbeville, de Corbie, de la Baie de Somme, de Montdidier-Roye, de Philippe Pinel, et aussi de Montreuil-sur-Mer et d’Hesdin

Les établissements membres du GHT affirment leur attachement aux valeurs de solidarité, de cohésion, de transparence, de confiance réciproque, de concertation et de respect de l’autonomie des établissements.
Le GHT Somme Littoral Sud compte 5 376 lits et places et emploie 11 000 professionnels. Son budget de fonctionnement consolidé s’élève à 1 milliard d’euros.

Le GHT Somme Littoral Sud aura le souci de proposer une offre de soins en adéquation avec l’évolution des besoins en santé de la population et de développer une logique de parcours gradué afin d’assurer un égal accès de tous aux soins. Il veut offrir le meilleur soin, au meilleur moment et dans l’environnement technique le plus adapté et le plus près possible du patient. Cette organisation doit être lisible pour les patients mais aussi pour les professionnels de santé.

Le GHT vise l’efficience des établissements de santé structurés en 13 filières de prise en charge coordonnées par une stratégie médicale commune : Les urgences, la gérontologie, les soins de suite et de réadaptation, la cancérologie, l’insuffisance rénale chronique, les accidents vasculaires cérébraux, la prise en charge de la femme, du couple et de l’enfant, les maladies neurodégénératives, l’obésité, les états végétatifs chroniques (evc) et les états pauci-relationnels (epr), la santé mentale, la psychiatrie générale et l’infanto-juvénile, l’addictologie,les soins aux détenus
Au-delà de ces 13 filières, 3 secteurs médico-techniques développeront des projets de partenariats : l’imagerie, la biologie, la pharmacie.

Enfin certains sujets de gestion viendront compléter les champs de collaboration : la politique d’achat, les systèmes d’information, l’information médicale, les écoles et instituts de formation paramédicale, le plan de formation continue et le développement professionnel continu des personnels de ces hôpitaux.
2016-2021 : les prochaines étapes : validation, achat, projet médical, systèmes d’information…
1er janvier 2021: des systèmes d’information hospitaliers convergents
1er janvier 2020: un compte qualité unique
1er janvier 2018: élaboration d’un schéma directeur des systèmes d’information
juillet 2016- juillet 2017 : élaboration d’un projet médical et d’un projet de soins partagés par filière de soins
1er janvier 2017: plan d’actions achats du Groupement Hospitalier  de Territoire
2ème semestre 2016 : mise en place des instances du Groupement Hospitalier de Territoire
1er septembre 2016 : validation par le Directeur Général de l’Agence régionale de Santé (ARS) de la convention constitutive 

*Cette nouvelle forme de coopération est prévue par le décret n° 2016-524 du 27 avril 2016 relatif aux groupements hospitaliers de territoire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.