Grand Paris Nord : un campus hospitalo-universitaire (HU) unique en France

Pour la 1ère fois en France, un hôpital et une faculté de médecine seront simultanément construits sur un campus. Implanté en Seine-Saint-Denis, au sein de la ZAC des Docks de Saint-Ouen, dans un quartier en pleine transformation dans le contexte du Grand Paris, le projet s’appuiera dès sa conception sur les trois piliers traditionnels de l'excellence HU : soin, enseignement et recherche. Le 19 décembre 2016, après avoir reçu l'aval du gouvernement...
Pour la 1ère fois en France, un hôpital et une faculté de médecine seront simultanément construits sur un campus. Implanté en Seine-Saint-Denis, au sein de la ZAC des Docks de Saint-Ouen, dans un quartier en pleine transformation dans le contexte du Grand Paris, le projet s’appuiera dès sa conception sur les trois piliers traditionnels de l’excellence HU : soin, enseignement et recherche. Le 19 décembre 2016, après avoir reçu l’aval du gouvernement, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, l’Université Paris-Diderot, la Mairie de Saint-Ouen, la Préfecture de la région d’Île-de-France – Préfecture de Paris, l’établissement public territorial Plaine Commune et SEQUANO, le concessionnaire de la Zone d’Aménagement Concerté des Docks signaient l’acte de naissance de ce vaste programme. 
Le Campus hospitalo-universitaire Grand Paris Nord s’étendra sur  200 000m2* avec environ 130 000m2 pour les activités hospitalières et 70 000 m2 pour les activités d’enseignement et de recherche, dont 15 000m2 correspondant aux enseignements dispensés par les facultés d’odontologie. L’hôpital de 989 lits et places de médecine, chirurgie ou obstétrique, dont 816 lits d’hospitalisation, ne dépassera pas les 6 niveaux. Il assurera une activité clinique et chirurgicale polyvalente, tournée vers l’ambulatoire, en complémentarité avec les forces des hôpitaux Bichat et Beaujon : le digestif, le thorax (cœur, poumon), les maladies de système et infectieuses. Il disposera d’un Trauma Center, susceptible de prendre en charge des patients polytraumatisés et d’un institut pluridisciplinaire de transplantation.
Le campus sera très articulé avec l’hôpital et les structures de recherche d’incubateurs d’entreprises ou plus généralement de structures de recherche et développement portées par des industriels. L’investissement est estimé à 900 M€ et l’ouverture du site prévue en 2025. Pour nourrir ce projet, l’Université et l’AP-HP organisent un débat public au cours duquel tous les acteurs potentiellement impliqués sont invités à faire valoir leur point de vue : patients, riverains, personnels, citoyens…  Premier rendez-vous le 27 janvier 2017.
Le nouveau campus sera numérique, magnétique, irriguant un territoire de santé, suivant le rythme du patient et respectera les principes du développement durable
Numérique : la technologie sera mise au service de nouvelles interactions avec les patients et entre professionnels, afin de réussir un continuum entre les interactions digitales (et à distance) et les interactions physiques ; 
Magnétique : pour mener à bien ses différentes missions, le campus aura pour objectifs d’attirer et de fidéliser les meilleures compétences en œuvrant pour une meilleure qualité de vie au travail : délégation plus importante de compétences, promotion de nouveaux métiers, aménagement d’espaces conviviaux qui favoriseront le travail en commun et plus grande transversalité entre l’hôpital et le monde scientifique… 
Au cœur de son territoire de santé : l’hôpital élaborera une stratégie pour couvrir les besoins de santé de son territoire, par des démarches de santé publique et de promotion de la prévention et de l’éducation à la santé ; il travaille d’ores et déjà à renforcer les liens avec la médecine de ville et notamment les centres de santé du territoire ; il établira des partenariats avec les établissements pour répondre aux besoins de santé du territoire ; 
Synchronisé sur le rythme du patient : l’accélération globale des prises en charge fait aussi partie de ses objectifs. Elle sera compatible avec des rythmes ou organisations adaptés pour des patients nécessitant des prises en charge plus complexes médicalement et/ou socialement ; 
Durable : le Campus a l’ambition d’être exemplaire en matière de développement durable et de qualité de vie au travail.
Ce projet répond à l’urgence d’apporter une solution pérene à la vétusté des sites des hôpitaux Bichat et Beaujon dont la rénovation est estimée à plus de 600 M€. Il en va de même pour les implantations des universités Villemin et Bichat et Bichat. 
L’AP-HP conçoit ce programme comme un élément central d’une stratégie rééquilibrage de l’offre de soins hospitalo-universitaire à l’échelle du Grand Paris et au bénéfice des franciliens du nord de la capitale
*SDO (surface dans l’œuvre)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.