Grave collision sur l’Autoroute A 10

Le CHU déclenche le plan blanc : 26 blessés sont accueillis, 53 personnes sont prises en charge par la cellule médico-psychologique. Dans un communiqué de presse, la Direction exprime sa reconnaissance aux équipes qui ont participé à l'opération et à celles qui ont assuré le fonctionnement courant des services. Elle remercie également les journalistes pour leur discrétion dans l'établissement,

Le CHU déclenche le plan blanc : 26 blessés sont accueillis, 53 personnes sont prises en charge par la cellule médico-psychologique. Dans un communiqué de presse, la Direction exprime sa reconnaissance aux équipes qui ont participé à l’opération et à celles qui ont assuré le fonctionnement courant des services. Elle remercie également les journalistes pour leur discrétion dans l’établissement et pour leur respect à l’égard des patients, de leurs proches et du personnel.

L’accident survenu mardi 5 novembre, sur l’autoroute A10, a amené le Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers à déclencher un «plan blanc ».
Le « plan blanc » est un dispositif hospitalier qui définit les procédures d’intervention des secours et de mobilisation des moyens pour faire face à un afflux important de victimes. Ainsi, 26 blessés ont été pris en charge par le Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers. A ce jour, 4 personnes sont encore hospitalisées. 53 personnes, impliquées dans l’accident mais non blessées, ont aussi été accueillies à la cellule médico-psychologique mise en place pour l’occasion.
8 personnes ont trouvé la mort dans l’accident.


La Direction du CHU de Poitiers remercie vivement l’ensemble des personnes ayant apporté ou proposé leur soutien pour garantir le bon déroulement de l’opération :

– Les équipes du SAMU-SMUR Centre 15 et du service des Urgences
– L’équipe de l’Unité d’Accueil Médico-Psychologique, détachée au CHU de Poitiers d’une manière permanente par le Centre Hospitalier Henri Laborit
– Tous les personnels des services de soins et des blocs opératoires du CHU de Poitiers : médecins, chirurgiens, anesthésistes, infirmier(e)s, infirmier(e)s spécialisé(e)s, aides-soignant(e)s, agents hospitaliers, brancardiers?
– Les médecins légistes et autres personnels du laboratoire d’Anatomie et Cytologie pathologiques et de la Chambre mortuaire
– Le personnel des services médico-techniques (imagerie, laboratoires?)
– Le personnel de la Médecine du Travail
– Le personnel de la Pharmacie et de la Stérilisation centrale
– Le personnel para-médical
– Le personnel du service Sécurité
– Le personnel des services techniques et logistiques (pour les liaisons de communications, les transports, la restauration et l’intendance)
– Le personnel de l’accueil et du standard téléphonique
– Le personnel administratif
– Les interprètes

Ainsi que :
– Les équipes de la Croix Rouge
– Les équipes du SAMU-SMUR de Niort, d’Angoulême, de Tours, de Limoges, de La Rochelle, ainsi que du SMUR de Saintes
– Les sociétés de transports sanitaires privés : Aux 2B, Bisutti, Vienne Assistance, Fruchon, Rigomier, Collon Vaillant, Champigny, Foussier, Val de Vonne, Hélène,
– Les médecins et infirmiers psychiatres, et autre personnel du Centre Hospitalier Henri Laborit venus renforcer l’équipe de l’Unité d’Accueil Médico-Psychologique;
– L’association des victimes du carambolage de Mirambeau.


La Direction remercie également tous les personnels de l’établissement qui, en dehors du « plan blanc », ont assuré le fonctionnement courant des services pour garantir l’accueil et la prise en charge des patients admis par ailleurs.


Enfin, la Direction adresse ses remerciements aux journalistes et à l’ensemble des acteurs de la presse écrite et audiovisuelle pour leur discrétion dans l’établissement et leur respect à l’égard des patients et de leurs proches, ainsi que du personnel.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.