Greffe cardiaque : Dijon célèbre 30 ans d’une activité phare

Voici 30 ans, le 25 novembre 1987, une équipe du CHU Dijon Bourgogne réalisait avec succès la 1ère greffe cardiaque de Dijon dans le service qui, 15 ans plus tôt, avait effectué la 1ère opération à cœur ouvert de la région. Le 5 décembre 2017, le CHU Dijon Bourgogne célèbre le trentenaire de cette avancée thérapeutique avec la jeune génération.
Voici 30 ans, le 25 novembre 1987, une équipe du CHU Dijon Bourgogne réalisait avec succès la 1ère greffe cardiaque de Dijon dans le service qui, 15 ans plus tôt, avait effectué la 1ère opération à cœur ouvert de la région. Le 5 décembre 2017, le CHU Dijon Bourgogne célèbre le trentenaire de cette avancée thérapeutique avec la jeune génération. 
La 1ère greffe du cœur réalisée à Dijon eut lieu à la Sainte Catherine, le jour où « tout arbre prend racine ». Aussi terrien que le chirurgien, le patient avait évoqué ce dicton qui devient un sujet de plaisanterie entre eux. Cet exploit marquait l’aboutissement d’un travail d’équipe exceptionnel mené par les professionnels du CHU Dijon Bourgogne. Chirurgiens, anesthésistes, réanimateurs, infirmiers…tous ont participé à cet événement historique dans une atmosphère d’excitation faite d’angoisse et de satisfaction, caractéristique « celle des grandes urgences chirurgicales » comme le décrivait le journal interne de l’époque. 
Pour préparer cette opération, des visites régulières avaient été organisées à l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière, pionnier en la matière. Cette intervention délicate suscita l’engouement de la presse et fût suivie avec intérêt par les habitants de la région. 
Le prélèvement du cœur greffé eut lieu à l’Hôpital Général, simplifiant le transport et la coordination des équipes. Après la mise en route de la circulation extra-corporelle, les personnes présentes ont été saisies par la vision du péricarde vide à l’issue de la cardiectomie. Près de 2h après le premier clampage, le cœur était reperfusé avant de se remettre à battre spontanément, au grand soulagement de tous. Les professionnels de l’établissement ont ensuite passé plusieurs nuits à veiller au chevet du patient, à faire le point quotidiennement et à effectuer des biopsies du cœur à intervalles réguliers, constatant, à chaque fois, la réussite de l’opération. L’enthousiasme général n’était pas uniquement inspiré par la réussite mais aussi par le sentiment qu’une grande aventure humaine et scientifique débutait. Et en effet, cette intervention inoubliable allait marquer un tournant décisif dans la vie du Centre hospitalier Universitaire et dans l’essor de son activité de chirurgie cardiaque. 

En 2016, après de nombreuses transplantations, le CHU Dijon Bourgogne réalisait la 1ère implantation d’un cœur artificiel total. Le déploiement de cette activité nouvelle et les résultats obtenus par l’établissement place l’unité au 8ème rang pour la chirurgie cardiaque dans le Palmarès 2017 du Magazine Le Point et au 5ème pour le traitement de l’infarctus du myocarde. Ce classement est une reconnaissance de l’expertise des équipes et de leur rayonnement qui s’étend bien au-delà des frontières régionales.
Un temps fort : la journée du 5 décembre 2017 
Tout au long de la journée, des stands d’information et de sensibilisation seront tenus par des professionnels de santé et des associations de patients. Le public pourra ainsi découvrir ce qu’est une greffe cardiaque, interroger les chirurgiens sur les différentes étapes d’une transplantation, en apprendre davantage sur l’insuffisance cardiaque, les traitements médicaux ou l’assistance cardiaque mécanique et échanger avec des patients de l’Association des greffés du cœur de Bourgogne-Franche-Comté. Une exposition artistique présentera également des œuvres illustrant la thématique du don, de la vie et du cœur et l’attachement des élèves de l’Ecole Saint Dominique au CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.