Greffe de cornée artificielle : l’AP-HM réalise une 1ère nationale

Le service d'ophtalmologie de l'hôpital de la Timone, dirigé par le Pr Bernard Ridings, a réalisé le 21 avril pour la première fois en France une greffe de cornée artificielle (de type "AlphaCor" ) chez un patient qui ne pouvait pas bénéficier d'un greffon humain. Le Centre Hospitalier Universitaire de Marseille est le premier à proposer cette intervention en France. Trois équipes seulement pratiquent cette intervention en Europe.

Le service d’ophtalmologie de l’hôpital de la Timone, dirigé par le Pr Bernard Ridings, a réalisé le 21 avril pour la première fois en France une greffe de cornée artificielle (de type « AlphaCor » ) chez un patient qui ne pouvait pas bénéficier d’un greffon humain. Le Centre Hospitalier Universitaire de Marseille est le premier à proposer cette intervention en France. Trois équipes seulement pratiquent cette intervention en Europe.

Cette opération chirurgicale importée des Etats-Unis et réalisée à la Timone par le Dr Louis Hoffart, a été une réussite. Elle nécessite un équipement sophistiqué, une maitrise parfaite du geste chirurgical et un suivi hospitalier rigoureux.Cette cornée artificielle est destinée aux patients auxquels on ne peut plus proposer de greffe de cornée en raison d’un risque majeur de rejet. Les cornées artificielles une fois implantées, sont colonisées par les tissus oculaires et intégrées dans la cornée du patient. Après un laps de temps de plusieurs mois (4 à 28 mois), les 3/4 des patients greffés ont retrouvé une acuité visuelle leur permettant de retrouver une autonomie et de distinguer les formes.

La cornée est la partie transparente de l’ oeil, qui concentre les rayons lumineux sur la rétine. C’est un organe complexe composé de nombreuses couches cellulaires.

L’organisation mondiale de la santé (OMS) rapporte que la cécité d’origine cornéenne affecte plus de 10 millions de personnes dans le monde, mais que seulement 100 000 personnes bénéficient d’une greffe de cornée. Ce déficit est dû au fait qu’il existe une disproportion entre l’offre et la demande de greffons cornéens et que certain patients ne sont pas éligibles à une greffe de cornée. Les cornées artificielles permettent donc de pallier en partie à ces difficultés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.