Greffe de foie à partir d’un donneur décédé après arrêt cardiaque

Pour la première fois en France, les équipes du Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière ont réalisé un greffe de foie à partir d'un donneur décédé après arrêt cardiaque ! En 2010, un patient de 49 ans, atteint d'une pathologie hépatique grave a reçu un greffon hépatique provenant d'un donneur décédé après arrêt cardiaque (DDAC). Cette première procédure en France a été réalisée par l'équipe de transplantation hépatique dirigée par le Professeur Laurent Hannoun. La transplantation a été possible grâce à la mobilisation de l'ensemble du département d'anesthésie réanimation dirigé par le Professeur Pierre Coriat.

Pour la première fois en France, les équipes du Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière ont réalisé un greffe de foie à partir d’un donneur décédé après arrêt cardiaque !

En 2010, un patient de 49 ans, atteint d’une pathologie hépatique grave a reçu un greffon hépatique provenant d’un donneur décédé après arrêt cardiaque (DDAC). Cette première procédure en France a été réalisée par l’équipe de transplantation hépatique dirigée par le Professeur Laurent Hannoun. La transplantation a été possible grâce à la mobilisation de l’ensemble du département d’anesthésie réanimation dirigé par le Professeur Pierre Coriat.

Les équipes de la coordination des prélèvements d’organes et de tissu (Professeur Bruno Riou) et de l’unité de Réveil (Professeur Olivier Langeron) avaient été avisées par le SMUR de l’hôpital Lariboisière du transfert, en milieu hospitalier, d’un patient en arrêt cardiaque réfractaire malgré les tentatives de ressuscitation entreprises par l’équipe médicale du SMUR. Après avoir vérifié l’absence d’indications pour l’assistance circulatoire à visée thérapeutique telles qu’elles ont été définies par les Sociétés Savantes, après avoir constaté et déclaré le décès en conformité avec le programme de prélèvement sur DDAC mise en oeuvre par l’Agence de biomédecine (ABM) et après avoir vérifié auprès des proches la non-opposition du défunt au don d’organes, la procédure de préservation des organes par une circulation régionale normothermique (CRN) a été réalisée, suivie du prélèvement des reins et du foie.

La transplantation hépatique a été réalisée par le Professeur Jean-Christophe Vaillant et la prise en charge de l’anesthésie par le Docteur Daniel Eyraud.

A ce jour, le patient a quitté l’unité de réanimation chirurgicale dirigée par le Professeur Jean-Jacques Rouby pour rejoindre le service de chirurgie digestive et son état de santé est très satisfaisant.

Depuis 2006 le Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière est l’un des neuf sites pilotes à pouvoir pratiquer des prélèvements de reins sur DDAC, dans le cadre d’un programme imposant des critères stricts de sélection des donneurs et des receveurs établis par l’Agence de la biomédecine et des professionnels de la greffe rénale et de la réanimation. Cette technique a été utilisée par l’équipe du Professeur Benoît Barrou (service d’urologie dirigé par le Professeur Marc-Olivier Bitker) pour des transplantations rénales, avec de bons résultats.

En 2009, l’Agence de la biomédecine a donné son accord pour étendre la convention au prélèvement et à la greffe de foie à partir de DDAC, selon un programme spécifique sur la base de la même méthodologie que le prélèvement et la greffe rénale, en collaboration avec tous les acteurs de cette activité.

Le programme de prélèvement et de greffe de DDAC fait partie des stratégies mises en place pour améliorer l’accès des malades en attente avec des résultats satisfaisants ainsi que l’ont déjà publié d’autres équipes européennes ou américaines. Il représente un espoir pour les nombreux malades en attente.

Contact presse
Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Direction de la Communication
Philippe Couchoux
Téléphone : 01 42 16 15 39
philippe.couchoux@psl.aphp.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.