Greffe de foie : nouvelle activité du CHU

L'ouverture du Centre de Transplantation Hépatique de Tours vient corriger les inégalités d'accès aux soins que connaissait la population des régions Centre et Poitou-Charentes (patie Est de la zone HUGO*). Le projet de greffe hépatique, porté depuis des mois par le CHRU de Tours s'appuie sur l'expertise des équipes hospitalières tourangelles et sur une coopération étroite avec le CHU de Poitiers et le CHR d'Orléans

L’ouverture du Centre de Transplantation Hépatique de Tours vient corriger les inégalités d’accès aux soins que connaissait la population des régions Centre et Poitou-Charentes (patie Est de la zone HUGO*). Le projet de greffe hépatique, porté depuis des mois par le CHRU de Tours s’appuie sur l’expertise des équipes hospitalières tourangelles et sur une coopération étroite avec le CHU de Poitiers et le CHR d’Orléans.

Quand aura lieu la première greffe de foie à Tours ?
Désormais, le CHRU de Tours est en mesure de procéder à tout moment à une greffe hépatique. Pour autant, la date de la réalisation de cette première greffe est impossible à donner. En effet, comment prévoir quand un greffon disponible trouvera un récepteur en la personne d’un patient de la région Centre ou de Poitou-Charentes ?

Pourquoi pratiquer des greffes de foie à Tours ?
La décision d’ouvrir un second centre (après celui de Rennes) de transplantation hépatique au sein de l’inter-région ouest appartient à l’Agence de biomédecine. Tours a été choisi pour son expertise, sa situation centrale et son accessibilité pour les habitants des régions Centre et Poitou-Charentes. Cette nouvelle activité doit permettre une amélioration du taux moyen de greffe et une réduction du taux de pénurie. La mise en place d’une coopération médicale étroite avec le CHRU de Poitiers et le CHRU d’Orléans offre l’opportunité d’assurer un suivi de proximité pour les patients, en phase de pré et de post greffe, dans la mesure où ils seront pris en charge par ces établissements.

Un centre qui repose sur un partenariat fort
Le centre de transplantation hépatique de Tours doit couvrir les besoins de l’est de la zone HUGO et à ce titre repose sur des coopérations fortes avec les centres hospitaliers de Blois, Châteauroux, Bourges et le centre hospitalier d’Orléans. Ces établissements sont en particulier associés dans l’adressage des patients candidats à la greffe et dans le suivi des patients greffés qui relève de ces établissements de proximité. Par ailleurs le centre de Tours a pour vocation de prendre en charge les patients de la région Poitou-Charentes et pour ce faire une fédération médicale intra-hospitalière a été constituée avec le CHU de Poitiers. Ainsi, très concrètement les chirurgiens de Poitiers participent à l’activité de transplantation de Tours. Ils prennent part aux phases pré, per et post opératoires, notamment grâce à la mise en place d’une consultation pré-greffe commune. Par ailleurs des actions de formation et de recherche complèteront cette association entre les deux établissements, avant la mise en place d’une équipe commune de prélèvements Tours-Poitiers.

Le parcours du patient
Le patient est adressé au centre de Tours par les services de l’hépato-gastroentérologie des centres hospitaliers des régions Centre et Poitou-Charentes. La première étape est de vérifier son éligibilité en consultations externes.
En stade pré greffe – consultation d’éligibilité puis – hospitalisation de semaine pour bilans complets – inscription du patient sur liste nationale sur décision médicale pluridisciplinaire – consultation mensuelle pour les patients en attente de greffe.
En phase de transplantation hépatique – acceptation du greffon par le chirurgien transplanteur, – organisation logistique assuré par l’équipe de coordination, – réalisation du prélèvement par une équipe dédiée au prélèvement, – réalisation de la transplantation par une équipe chirurgicale et anesthésiste complète. Avis éventuel de l’Anatomo-Pathologie Puis séjour en hospitalisation d’environ 3 semaines réanimation chirurgicale / surveillance continue hospitalisation complète
Après la greffe – hôpital de jour avec une fréquence hebdomadaire le 1er mois, bimensuelle jusqu’au 3ème mois, toutes les 3 semaines du 3ème au 6ème mois, Suivi médico-chirurgical avec une hospitalisation de semaine (HS en chirurgie ou gastro entérologie) consultation externe trimestrielle de 6 mois à 5 ans, semestrielle à partir de 5 ans, prise en charge médico-chirurgicale et paramédicale.
En lien avec les hôpitaux d’origine, les patients ont un suivi médical tout au long du processus de greffe : – consultations d’éligibilité – consultations de suivi en attente de greffe – consultations post greffe.

22,40 postes équivalent temps plein créés pour cette nouvelle activité
L’ouverture du Centre de Transplantation Hépatique induit non seulement une réorganisation de plusieurs services mais également une mise à disposition de moyens humains supplémentaires et qualifiés. Pour l’année 2010, trois postes de médecins ont d’ores et déjà été créés, auxquels s’ajouteront trois autres postes d’ici 2013 soit un total de 6 postes.
22,40 postes paramédicaux (infirmier(e), aide-soignant(e)…)Equivalent Temps Plein (ETP) vont être créés, notamment au sein du pôle pathologies digestives avec entre autres l’affectation d’un temps de psychologue qui doit permettre une prise en charge adaptée des greffés hépatiques. Le renforcement des effectifs infirmiers de nuit et d’après midi le week-end répond à cette même augmentation de l’activité hépatobiliaire et des greffes hépatiques qui ont souvent lieu de nuit, d’autant qu’il est vraisemblable que certaines greffes se réalisent le week-end.

Le centre de transplantation hépatique va aussi doper l’activité du CHRU. Sa création va améliorer les prises en charge des affections hépato-biliaires et des pathologies alcooliques (assurée spar le Centre de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie – CSAPA – en ambulatoire et par l’unité d’hépatologie en hospitalisation) et accroître le rayonnement du pôle. L’activité de greffe hépatique de Tours, conjuguée aux coopérations médico-chirurgicales avec le CHRU de Poitiers et le CHR d’Orléans favorisera le développement de nouvelles prises en charge chirurgicales dans le domaine digestif, en particulier la chirurgie pancréatique, hépatobiliaire et oesophagienne lourde.

La culture de la greffe relève de la vocation d’un CHRU dans sa triple mission de soins, d’enseignement et de recherche. L’expertise du CHU de Tours en matière de prélèvements et greffes est établie par une forte activité enregistrée depuis de nombreuses années. Ainsi en 2009, le CHRU a pratiqué 114 greffes de rein, 22 greffes de coeur, 30 de cornée, 86 autogreffes de moelle osseuse et 41 poses d’implants cochléaires.

* l’interregion du grand Ouest réunit 4 régions de Bretagne, Centre, Pays de la Loire et Poitou-Charente et se nomme HUGO pour Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest qui regroupe 6 CHU : Angers, Brest, Nantes, Poitiers, Rennes Tours et 1 CHR : Orléans
Ce regroupement vise trois objectifs principaux :
– développer des stratégies communes, complémentaires et fédératrices,
– proposer des répartitions d’activités équilibrées au sein de l’inter région,
– promouvoir l’inter région Ouest

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.