Greffe de peau quasi totale entre jumeaux (AP-HP) : 121ème première mondiale des CHU

L'Hôpital Saint Louis (AP-HP) vient d'annoncer une prouesse médicale : la greffe de peau entre jumeaux réalisée pour la 1ère fois sur 95% du corps. Un homme de 33 ans brûlé sur la presque totalité de son corps (95 %) condamné à mourir a été sauvé au centre de traitement des brûlés de l’établissement, grâce à la greffe de la peau de son frère jumeau. Cet exploit a été réalisé par l’équipe du Pr Maurice Mimoun en chirurgie plastique et reconstructrice et l’équipe du Pr Alexandre Mebazaa en anesthésie-réanimation. Le recours à la peau d’un jumeau homozygote (issu du même œuf) permet d’éviter totalement le rejet de greffe et les traitements immunosuppresseurs associés.
L’Hôpital Saint Louis (AP-HP) vient d’annoncer une prouesse médicale : la greffe de peau entre jumeaux réalisée pour la 1ère fois sur 95% du corps. Un homme de 33 ans brûlé sur la presque totalité de son corps (95 %) condamné à mourir a été sauvé au centre de traitement des brûlés de l’établissement, grâce à la greffe de la peau de son frère jumeau. Cet exploit a été réalisé par l’équipe du Pr Maurice Mimoun en chirurgie plastique et reconstructrice et l’équipe du Pr Alexandre Mebazaa en anesthésie-réanimation. Le recours à la peau d’un jumeau homozygote (issu du même œuf) permet d’éviter totalement le rejet de greffe et les traitements immunosuppresseurs associés. 
Victime d’un accident de travail en septembre 2016, les chances de survie du jeune homme âgé de 33 ans étaient quasiment nulles du fait de l’étendue de la brûlure : 95 %. Son frère jumeau en acceptant de lui donner sa peau lui a sauvé la vie. La peau prélevée sur le jumeau sain a été greffée sur son frère jumeau le septième jour.
Les deux frères ont été opérés au même moment par deux équipes de chirurgiens et d’anesthésistes réanimateurs de l’hôpital Saint Louis, AP-HP afin de réaliser le transfert immédiat de la peau. Le procédé a été répété au 11ème jour afin d’assurer la couverture entière du patient brûlé. Une troisième intervention a eu lieu au 44ème jour.
L’utilisation de la peau de donneur décédé est classique chez les grands brûlés, mais est systématiquement rejetée au bout de quelques semaines et doit être remplacée.
L’immense avantage d’avoir recouru à la peau de son jumeau homozygote (c’est-à-dire issu du même œuf) réside dans le fait que la peau ne sera jamais rejetée. Le patient vivra toujours avec la peau de son frère sans aucun traitement immunosuppresseur puisque les deux frères ont un capital génétique identique. 
Après plus de quatre mois de soins spécialisés, le patient est sorti du centre de brûlés de l’hôpital de Saint-Louis. Actuellement la rééducation suit son cours, le patient marche et est rentré chez lui.
Des brûlés ont déjà été greffés avec leur jumeau homozygote, mais jamais un brûlé de cette étendue dont les chances de survie étaient quasiment nulle. 
La réactivité de l’Agence de la biomédecine a permis d’obtenir l’autorisation de prélever le jumeau sain avec une remarquable rapidité.
Bien que ce cas reste exceptionnel, des processus étonnants de régénération ont été observés. Ils ouvrent la voie à des thérapeutiques innovantes et encouragent la mise au point d’une peau universelle chez les grands brûlés.
Les explications du Pr Pr Maurice Mimoun sur Youtube 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.