Greffe de rein par coelioscopie robot assistée : une 1ère française

L'équipe tourangelle d'urologie coordonnée par le Professeur Bruyère, en lien étroit avec le responsable de l’unité de transplantation rénale, le Professeur Büchler, a greffé un rein sur une femme de 49 ans par coelioscopie robot assistée, une 1ère en France. L'intervention s'est déroulée le 24 octobre 2013. Aujourd'hui la patiente se porte bien et son rein fonctionne parfaitement.

L’équipe tourangelle d’urologie coordonnée par le Professeur Bruyère, en lien étroit avec le responsable de l’unité de transplantation rénale, le Professeur Büchler, a greffé un rein sur une femme de 49 ans par coelioscopie robot assistée, une 1ère en France. L’intervention s’est déroulée le 24 octobre 2013. Aujourd’hui la patiente se porte bien et son rein fonctionne parfaitement.
La double expertise du CHRU de Tours en néphrologie et en chirurgie robot assitée
Cette première nationale témoigne de la formidable coopération entre équipes hospitalo-universitaires expertes en néphrologie avec plus de 1 800 transplantations rénales réalisées à Tours depuis 1985  et  en chirurgie robot-assistée. Depuis 2007, date d’acquisition de l’équipement, près de 1 000 interventions ont été effectuées à l’aide du robot -dont une majorité d’ablation de la prostate pour cancer.
La préparation et la réussite d’un tel challenge nécessite une coopération étroite entre les chirurgiens spécialisés en robotique et en transplantation, les aides habitués, les infirmières de bloc spécialisées en robotique, l’équipe d’anesthésie habituée à la greffe et à la chirurgie robotique, mais aussi avec l’équipe de néphrologie rigoureuse et vigilante pour le suivi post greffe.
La patiente est en bonne santé. Elle a repris un transit très rapidement et n’a pas eu de douleur importante dans les suites. Cependant, il est prématuré de dire à partir de ce cas unique si les risques potentiels de la transplantation sont diminués mais l’équipe de néphrologie et notamment les infirmières de suivi post greffe confirment l’excellent état de la patiente et des suites plus simples.
Les bénéfices de la greffe rénale par coelioscopie robot assistée
Traditionnellement les greffes rénales sont réalisées par une incision d’une quinzaine de centimètres dans la partie basse et latérale du ventre. Les complications que l’on peut observer après cette intervention sont le préjudice esthétique lié à la cicatrice, des infections ou des éventrations de la paroi, des problèmes sur la suture des vaisseaux (sténose de l’artère ou thrombose de la veine), des problèmes sur la suture de l’uretère à la vessie (sténose de l’anastomose urétéro vésicale) et enfin quelques formations de lymphocèle qui ressemble à des kystes plein de lymphe qui peuvent comprimer le rein. Ces complications peuvent nécessiter de nouvelles interventions, voire à la perte du greffon.

De longue date, les chirurgiens tourangeaux tentent de trouver les moyens de réduire ces complications.
Réaliser cette opération à l’aide du robot permet potentiellement de réduire ces risques. Néanmoins l’acte est plus difficile et nécessite des équipes d’opérateurs chevronnés. C’est la raison pour laquelle cela n’a pas été réalisé jusqu’à présent en France. Quelques cas ont été répertoriés aux Etats unis et en Inde et vraisemblablement en Italie.
Tous les malades peuvent-ils bénéficier de cette chirurgie ?
Les malades les plus compliqués seront principalement opérés par voie robot assistée.  A terme, le service d’Urologie du CHRU de Tours figurant parmi les équipes les plus expérimentées en prélèvements de reins pour dons vivants, il est possible d’envisager que le prélèvement et la transplantation se fassent par voie robot assistée. Cependant, l’utilisation importante du robot au CHU de Tours ne le rend pas disponible tout le temps ce qui limitera potentiellement les indications.

La première année une vingtaine de malades pourront bénéficier de cette avancée et ce nombre est susceptible d’augmenter si la disponibilité du robot l’autorise.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.