Greffe : des poumons ventilés pour une durée de conservation de 12 heures au lieu de 6

Une nouvelle technique double la durée de conservation d’un greffon après son prélèvement. Avant la révolution "Organ Care System (OCS)", les poumons prélevés étaient transportés en caissons isothermes pour être maintenus en situation de froid intense et la durée de conservation ne pouvait excéder 6 heures. Aujourd’hui, placés dans un petit robot, les poumons, ventilés et perfusés reçoivent des éléments nutritifs, vitaminés, antibiotiques… Ils continuent à «vivre» comme à l'intérieur du corps. L’innovation appelée normothermie porte à 12 heures le maintien en vie des poumons avant leur implantation.

Une nouvelle technique double la durée de conservation d’un greffon après son prélèvement. Avant la révolution "Organ Care System (OCS)", les poumons prélevés étaient transportés en  caissons isothermes pour être maintenus en situation de froid intense et la durée de conservation ne pouvait excéder 6 heures. Aujourd’hui, placés dans un petit robot, les poumons, ventilés et perfusés reçoivent des éléments nutritifs, vitaminés, antibiotiques…  Ils continuent à «vivre» comme à l’intérieur du corps. L’innovation appelée normothermie porte à 12 heures le maintien en vie des poumons avant leur implantation.
 
Cette prolongation est mise à profit pour sortir de la dimension urgence, élargir la sélection  des greffons et diminuer les risques de rejet en approfondissant les tests de compatibilités entre donneurs et receveurs et en affinant les traitements. Autre avantage : la possibilité de greffer de jour en mobilisant tous les spécialistes plutôt que de nuit avec une équipe d’astreinte. A l’AP-HM, le service du Professeur Pascal Thomas, à l’Hôpital Nord – la première structure hospitalière française en nombre de greffes – bénéficie de cette nouvelle machine.  « Environ un tiers des poumons prélevés sont potentiellement excellents, mais après le décès, ils présentent temporairement une mauvaise fonction qui rend la greffe impossible. En les laissant fonctionner ex-vivo, on les laisse récupérer. De plus, la machine peut vérifier la qualité des poumons prélevés, ce qui amène à prévoir d’élargir le champ de sélection des greffons et récupérer un pool d’organes jusqu’à présent écartés »,  précise Pr Pascal Thomas.
L’acquisition de l’application clinique a été rendue possible grâce à l’association Maryse ! pour la vie, au Conseil Général 13 mais aussi à l’implication de la Direction des équipements biomédicaux. 2 autres CHU la testent actuellement : Paris et Strasbourg.
Si les résultats sont concluants, d’autres organes pourront aussi être transplantés via cet équipement.

Coût de l’équipement : 280 000 euros financés à 80% par le Conseil général des Bouches-du-Rhône ; les 20% restants ont été collectés auprès de donateurs privés par l’association Maryse pour la vie !
 
Quelques chiffres…
– 40 000 personnes vivent en France avec un greffon
– + 20% de greffes de poumons en 2011
– 17 000 personnes sont en attente de greffon en 2012
– 48 patients ont été transplantés pulmonaires à Marseille en 2012
… et pourtant, 1 personne meurt encore chaque jour en France faute de greffe !
 
En savoir plus sur Maryse ! Pour la Vie
L’association milite depuis 2004 pour sensibiliser le grand public au don d’organes.
www.maryse-pourlavie.com

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.