Greffe hépatique : les CHU de Poitiers et Tours conjuguent leur expertise

Simplification du parcours de soins, augmentation du nombre de prélèvements, suivi de proximité, la nouvelle fédération inter-hospitalo-universitaire des maladies du foie et de transplantation hépatique, créée par les CHU de Poitiers et de Tours va améliorer l'accès à la greffe hépatique des patients des régions Centre et Poitou-Charentes. Un partenariat qui ouvre de nouvelles perspectives à l'interrégion des Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest (HUGO).

Simplification du parcours de soins, augmentation du nombre de prélèvements, suivi de proximité, la nouvelle fédération inter-hospitalo-universitaire des maladies du foie et de transplantation hépatique, créée par les CHU de Poitiers et de Tours va améliorer l’accès à la greffe hépatique des patients des régions Centre et Poitou-Charentes. Un partenariat qui ouvre de nouvelles perspectives à l’interrégion des Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest (HUGO).

Un parcours patient simplifié et sécurisé
A compter du 1er janvier 2011, un patient de Poitou-Charentes nécessitant une greffe de foie pourra être pris en charge au sein de la fédération Tours-Poitiers des maladies du foie et de transplantation hépatique. La consultation d’hépatologie médicale de premier recours aura lieu dans le service d’hépatogastro- entérologie du professeur Christine Silvain du CHU de Poitiers. Un premier bilan prégreffe y sera réalisé. La consultation de premier recours du CHU de Poitiers sera identifiée comme telle et fera l’objet d’une communication auprès des correspondants hépatologues de la région Poitou-Charentes. Cette consultation sera suivie d’une consultation commune médico-chirurgicale de second recours au CHU de Tours, dont l’objectif est la validation des indications de transplantation hépatique. Elle associera le Pr Silvain et le Pr Salamé, chirurgien responsable de la greffe hépatique au CHU de Tours. Cette consultation commune, qui a lieu déjà depuis octobre 2009 à hauteur d’une demi-journée tous les quinze jours, deviendra hebdomadaire dès novembre 2010 pour accompagner le démarrage effectif de la transplantation hépatique au CHU de Tours.

Prélèvement de foie
Un des objectifs du projet est d’améliorer le nombre de greffons disponibles par la mise en place d’une équipe locale de prélèvement en région Poitou-Charentes, conformément aux orientations de l’Agence de biomédecine. Cette mission sera assumée par le service de chirurgie viscérale du professeur Michel Carretier du CHU de Poitiers, dont les compétences dans le domaine de la chirurgie hépatique de recours seront renforcées dès novembre 2010. Dans un premier temps coexisteront deux équipes locales de prélèvement, l’une en région Centre, l’autre en région Poitou-Charentes. D’ici deux ans, la fédération comportera une équipe mixte de prélèvement de foie Tours-Poitiers. Le projet final consistera à créer une équipe unique de prélèvements d’organes foie-rein. L’implication du service du Pr Carretier dans la fédération permettra un renforcement de l’attractivité du service dans le domaine de la chirurgie hépatique.

Transplantation hépatique
Au sein de la fédération, il existe un seul centre de transplantation hépatique, situé au CHU de Tours. Les patients de Poitou-Charentes seront donc greffés sur le site de Tours. A terme, les chirurgiens hépatiques du CHU de Poitiers participeront à l’activité de greffe hépatique au CHU de Tours et poursuivront leur hospitalisation, après la phase aiguë, au CHU de Poitiers.

Consultation de suivi post-greffe
Pendant les trois premiers mois suivant la greffe, les patients seront vus en consultation commune médico-chirurgicale au CHU de Tours. Puis les patients de Poitou-Charentes seront suivis dans le service d’hépato-gastro-entérologie du CHU de Poitiers.

La nouvelle fédération inter-hospitalo-universitaire des maladies du foie et de transplantation hépatique s’inscrit dans une dynamique résolument hospitalo-universitaire. Elle associe étroitement les volets soins, recherche et enseignement. Cette démarche bénéficie du soutien de l’Agence de biomédecine qui, par un courrier en date du 16 juillet 2009, avait appuyé le projet de greffe hépatique, porté par le CHU de Tours et mené en coopération avec le CHU de Poitiers.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.