Greffe pulmonaire : 100e transplantation du CHU de Toulouse

En ce début d’année 2015, Toulouse est fière d’annoncer sa 100e greffe de poumon. Une activité en pleine croissance que l’établissement assure de manière autonome depuis 2009. Au rythme d’une quinzaine de greffes par an Toulouse affiche un très bon score grâce à l’excellente collaboration de plusieurs équipes médicales et chirurgicales du site Rangueil-Larrey

En ce début d’année 2015, Toulouse est fière d’annoncer sa 100e greffe de poumon. Une activité en pleine croissance que l’établissement assure de manière autonome depuis 2009. Au rythme d’une quinzaine de greffes par an Toulouse affiche un très bon score grâce à l’excellente collaboration de plusieurs équipes médicales et chirurgicales du site Rangueil-Larrey : la pneumologie (Pr Alain Didier), la chirurgie thoracique (Pr Marcel Dahan, responsable du programme greffe pulmonaire), la réanimation polyvalente (Dr Pierre Cougot) et à l’unité de transplantation d’Organes (Pr Lionel Rostaing).
L’équipe toulousaine certifiée par l’Agence de biomédecine
Le regroupement de toute la pathologie respiratoire sur l’hôpital Larrey a permis de reprendre le programme de transplantation pulmonaire, d’abord associé avec Bordeaux puis de manière autonome début 2009. Aujourd’hui les équipes Toulousaines apportent une réponse dynamique à la demande de la région Midi-Pyrénées et des autres régions.
Un organe particulièrement délicat
Contrairement à la majorité des organes, le poumon est un organe rare et fragile. Rare, car seulement 20% des donneurs potentiels ont un poumon utilisable ; fragile car c’est l’organe qui souffre le plus lors de la réanimation d’un sujet décédé d’où l’intérêt d’utiliser des appareils visant à «optimiser» un greffon potentiel.  Associant circulation extra corporelle et respirateur, ce système permet non seulement d’évaluer la qualité du greffon mais aussi d’améliorer ses performances. le développement de ces procédures devrait permettre d’augmenter le nombre de personnes bénéficiant d’une greffe pulmonaire en Midi-Pyrénées.
La greffe pulmonaire en France
11 centres de greffe ;
299 personnes greffées en 2013
85% de survie à 1 an, 60 % à 5 ans.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.