Greffe simultanée : foie, pancréas, estomac, duodénum et intestin grêle – une 1ère en France

Des équipes de l’hôpital Beaujon (AP-HP) ont réalisé avec succès la 1ère transplantation multiviscérale de 5 organes de l’appareil digestif chez un jeune patient atteint de myopathie du tube digestif, le lundi 17 décembre 2012. Les équipes chirurgicales du Pr Jacques Belghiti et du Pr Yves Panis sont parvenues à greffer simultanément le foie, le pancréas, l’estomac, le duodénum et l’intestin grêle. Le patient était pris en charge et préparé à cette transplantation par les Drs Olivier Corcos et Francesca Joly du service de Gastroentérologie et Assistance Nutritive (Pr Yoram Bouhnik).

Des équipes de l’hôpital Beaujon (AP-HP) ont réalisé avec succès la 1ère transplantation multiviscérale de 5 organes de l’appareil digestif chez un jeune patient atteint de myopathie du tube digestif, le lundi 17 décembre 2012. Les équipes chirurgicales du Pr Jacques Belghiti et du Pr Yves Panis sont parvenues à greffer simultanément le foie, le pancréas, l’estomac, le duodénum et l’intestin grêle. Le patient était pris en charge et préparé à cette transplantation par les Drs Olivier Corcos et Francesca Joly du service de Gastroentérologie et Assistance Nutritive (Pr Yoram Bouhnik).
Lors de cette intervention très complexe, 4 chirurgiens et 4 anesthésistes réanimateurs de l’équipe du Pr Jean Mantz se sont succédés au bloc opératoire pendant 12 heures. Tous les services digestifs de l’hôpital Beaujon (Hépatologie – Pr Dominique Valla et Pancréatologie – Pr Philippe Ruszniewski) ont participé à cet exploit réalisable uniquement dans un nombre limité de centres experts.
Ce jeune malade de 26 ans souffrait d’une maladie congénitale rare diagnostiquée à l’âge de 8 ans, entraînant une atteinte musculaire du tube digestif l’empêchant de se nourrir normalement. Entouré par sa famille, il a vécu jusque là grâce à une nutrition parentérale.
Mais depuis quelques temps, cet apport parentéral était devenu impossible en raison d’une thrombose de ses axes veineux. Pour surmonter cet obstacle majeur, les radiologues interventionnels du service du Pr Vilgrain et les anesthésistes réanimateurs du service du Pr Paugam de l’hôpital Beaujon (AP-HP) ont conçu et mis en place un cathéter directement dans la veine cave inférieure afin de rendre possible une greffe intestinale qui devenait vitale.
Pour lui permettre une alimentation orale, cette greffe devait inclure l’estomac et le duodénum. Comme il existait une atteinte hépatique due à la nutrition parentérale au long cours, la greffe du foie concomitante était de même préférable. Cette multiplicité des organes à greffer a conduit l’équipe chirurgicale à privilégier une intervention unique de tout le tube digestif incluant le foie et le pancréas.
L’intervention a consisté à retirer chez le malade, l’estomac, le bloc duodéno-pancréatique, le foie et  le grêle en laissant la rate pour améliorer la tolérance immunologique de cette greffe à haut risque de rejet. Le prélèvement réalisé par des membres de l’équipe chirurgicale de Beaujon à plus de 400 km sur un donneur en mort encéphalique a été ramené en moins de 3 heures et la durée d’ischémie froide a été de 4 heures 30. La technique de transplantation a consisté à réimplanter le foie selon la technique habituelle et à revasculariser tout le tube digestif et le pancréas sur une seule anastomose artérielle. La continuité digestive a été assurée par une anastomose avec l’estomac, l’extrémité du grêle ayant été mise en stomie, pour une longueur d’intestin de plus de 4 mètres !
Le patient se porte bien. Les suites opératoires se sont avérées favorables avec une extubation à la 12ème heure, une mise au fauteuil à la 24ème heure et le début d’une nutrition entérale par sonde à la 48ème heure.  Le fonctionnement du foie et du pancréas est excellent et le patient réclame déjà une alimentation orale.

La réussite d’une telle intervention ouvre des perspectives encourageantes dans le domaine de la transplantation multi organes chez l’adulte.
Mireille Faugère, directrice générale de l’AP-HP félicite l’ensemble des équipes médicales et paramédicales ayant permis cette prouesse, qui témoigne une fois encore de la capacité des personnels de l’AP-HP à innover, au bénéfice des patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.