Greffe totale du visage – une première mondiale signée Pr Lantieri

Le Pr Laurent Lantieri, chef du service de chirurgie plastique et reconstructrice de l'hôpital Henri Mondor (AP-HP) a annoncé jeudi 8 juillet avoir réalisé la première greffe totale de la face. Cette prouesse médicale s'est déroulée près de cinq ans après la première allogreffe partielle du visage par les pionniers : les Pr Bernard Duvauchelle du CHU d'Amiens et par le Pr jean Michel Dubernard des Hospices Civils de Lyon. Un nouvel exploit qui confirme l'avancée française dans ce domaine.

Le Pr Laurent Lantieri, chef du service de chirurgie plastique et reconstructrice de l’hôpital Henri Mondor (AP-HP) a annoncé jeudi 8 juillet avoir réalisé la première greffe totale de la face. Cette prouesse médicale s’est déroulée près de cinq ans après la première allogreffe partielle du visage par les pionniers : les Pr Bernard Duvauchelle du CHU d’Amiens et par le Pr jean Michel Dubernard des Hospices Civils de Lyon. Un nouvel exploit qui confirme l’avancée française dans ce domaine.

L’intervention s’est déroulée les 26 et 27 juin sur un patient âgé de 35 ans et défiguré par une maladie génétique, la neurofibromatose, cette greffe a porté sur la totalité du visage y compris les paupières, leurs muscles et les canaux lacrymaux.

L’opération a duré douze heures, à partir du 27 juin à 2 heures du matin, et l’intervention totale deux jours en comptant le prélèvement. Elle a mobilisé moins d’une dizaine de personnes.

Le 8 juillet le patient se porte bien « il marche, il mange, il parle » annonce le Pr Lantieri

Ce projet, dont l’AP-HP est le promoteur, est la cinquième greffe de la face pratiquée par l’équipe du Pr Lantieri et a été réalisée dans le cadre du programme hospitalier de recherche clinique (PHRC). Le Pr Lantieri a obtenu fin mai une nouvelle autorisation pour 5 greffes, qu’il souhaiterait « consacrer aux grands brûlés ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.