Greffe hépatique : un foie sauve deux vies

Une équipe de transplantation hépatique de l’AP-HP réalise avec succès à l’hôpital Saint-Antoine un « split » hépatique in situ (division d’un foie « in vivo » en 2 demi-foies) pour greffer deux patients adultes du groupe sanguin rare AB.

Une équipe de transplantation hépatique de l’AP-HP réalise avec succès à l’hôpital Saint-Antoine un « split » hépatique in situ (division d’un foie « in vivo » en 2 demi-foies) pour greffer deux patients adultes du groupe sanguin rare AB.
Le 5 janvier 2011, à l’hôpital Saint-Antoine (AP-HP) dans le service de chirurgie hépato-biliaire et de transplantation hépatique, deux patients adultes du groupe sanguin rare AB ont pu bénéficier simultanément d’un même greffon grâce à la séparation « in vivo » en 2 demi foies d’un foie entier prélevé chez un donneur en mort encéphalique, par le Pr Olivier Soubrane, le Dr Olivier Scatton et le Dr Fabiano Perdigao ainsi que leurs collaborateurs.
Cette technique dite du « split », mot anglais qui signifie diviser, consiste à partager un greffon hépatique en deux greffons partiels qui correspondent respectivement à la partie gauche (environ 1/3 du foie) et à sa partie droite. Elle est utilisée, dans l’immense majorité des cas, pour permettre une transplantation hépatique chez un enfant qui reçoit la partie gauche et un adulte qui reçoit la partie droite, le partage étant le plus souvent réalisé « ex vivo », après le prélèvement, car techniquement et logistiquement plus simple.
Les chirurgiens de l’hôpital Saint-Antoine (AP-HP) ont réalisé le partage du greffon directement chez un donneur décédé à l’hôpital Henri Mondor (AP-HP) et en collaboration avec les chirurgiens de cet hôpital (Pr Alexis Laurent). Ce partage du foie chez un donneur décédé nécessite un ensemble de conditions favorables et des équipes chirurgicales très entraînées, puisqu’il prolonge l’intervention et ne peut s’envisager qu’avec l’accord de toutes les autres équipes de prélèvement. Cette technique assure une meilleure hémostase des vaisseaux, un raccourcissement de la période d’ischémie en réduisant la durée de conservation du foie. Elle offre par conséquent une qualité de greffons bien supérieure contribuant au succès de la greffe.
Cette bipartition des greffons hépatiques pour deux receveurs adultes a un intérêt certain, notamment en raison de la rareté des greffons, mais reste très peu employée du fait des difficultés techniques, notamment d’implantation du greffon gauche et des contraintes logistiques. En France, moins de 5 % des greffes sont réalisées avec une procédure de foie partagé. Cette avancée ouvre donc des perspectives nouvelles dans le domaine de la transplantation hépatique chez l’adulte alors que l’accessibilité à la greffe hépatique en France n’est que de 50% (sur 1900 malades inscrits au registre, on ne dénombre que 1000 greffes par an). Les progrès techniques du split pour deux adultes pourraient aussi avoir des conséquences favorables sur les greffes hépatiques effectuées à partir de donneurs vivants familiaux.
Les patients greffés sont en bonne santé.
Contacts presse – AP-HP :
Eve Aulong – Aude Chaboissier – Anne-Cécile Bard
Tél : 01 40 27 37 22  – Fax : 01 40 27 57 01 –  href= »mailto:service.presse@sap.aphp.fr » 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.