Greffes : 1 opérateur aérien pour 19 CHU

2013 s'ouvre sur une profonde évolution dans le transport des équipes chirurgicales et des greffons avec la création d’une centrale de régulation nationale et la sélection d’un opérateur couvrant tout le territoire français. Un pas de plus vers la fin des inégalités de territoire et des refus voire des pertes de greffons pour des problèmes de transport ou de délais quand chaque seconde compte : 4 h pour une greffe cardiaque, 6 h pour un pancréas ou un poumon, entre 9 et 12 h pour un foie.

2013 s’ouvre sur une profonde évolution dans le transport des équipes chirurgicales et des greffons avec la création d’une centrale de régulation nationale et la sélection d’un opérateur couvrant tout le territoire français. Un pas de plus vers la fin des inégalités de territoire et des refus voire des pertes de greffons pour des problèmes de transport ou de délais quand chaque seconde compte : 4 h pour une greffe cardiaque, 6 h pour un pancréas ou un poumon, entre  9 et 12 h pour un foie. Désormais les temps de transport entre les établissements hospitaliers préleveurs et les établissements greffeurs seront réduits car planifiés au niveau national par la centrale et les déplacements gagneront en efficience avec la possibilité de regrouper  plusieurs équipes en un seul voyage. 
Auparavant chaque établissement travaillait de manière isolée sans coordination d’ensemble et donc sans vision globale. Il organisait son vol, s’assurait de l’ouverture nocturne des aéroports et de la disponibilité d’avions auprès des compagnies. « Ce travail relèvera désormais  du centre de régulation. » expliquent Sandrine Denjean, Coordinatrice UniHA, et Cyril Lopez, Acheteur, au Centre Hospitalier Régional Universitaire de Montpellier.

Avec ce nouveau modèle préconisé par l’Inspection générale des affaires sociales(IGAS) et le ministère des Transports, les CHU s’assurent une réactivité optimale et sécurisent la prestation par le recours à des appareils performants, fiables et disponibles autant que de besoin. L’Agence de la biomédecine qui a la responsabilité de l’attribution des greffons sera en contact étroit avec le centre de régulation pour faire le point sur les lieux de prélèvements afin de donner aux personnels de ce centre une vue d’ensemble des déplacements à venir.
Ces garanties nouvelles sont le fruit de négociations portées par le CHRU de Montpellier pour le compte du groupement UniHA. Le marché a été remporté par un groupement solidaire de deux avionneurs employant  37 pilotes et propriétaires d’une flotte de 8 avions modernes est entré en vigueur dès le 1er janvier 2013, pour une période de quatre ans, renouvelable trois fois pour une durée d’un an. Il rassemble 19 CHU parmi les 21 habilités à gérer une activité de greffes en France (autre que les greffes rénales dont les délais d’ischémie* sont de 24 h, ce qui laisse la possibilité de mettre en place d’autres moyens de transport ). Les prévisions de volume sont estimées à 5,5 millions d’euros par an. L’objectif principal de ce marché ne portait pas sur la réalisation d’économies mais sur la garantie de sécurité des vols et l’organisation de l’activité de greffe. Cependant, par comparaison au marché couvrant la période 2008-2012, le coût sera équivalent alors que deux avions supplémentaires seront mis à disposition et qu’un centre de régulation fonctionnera 24 heures sur 24. Ces avantages conduisent à évaluer le gain sur achat à 25 %.
Les 19 CHU adhèrent au marché du transport aérien des greffons et des équipes chirurgicales
Amiens, Besançon, Bordeaux, Caen, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Lille, HC Lyon, AP-Hôpitaux de Marseille, Montpellier, Nancy, Nantes, Nice, Rennes, Rouen, Strasbourg, Toulouse, Tours.
*délai d’ischémie, temps entre le prélèvement et la greffe
Contact presse
Jean REMY – 06 75 91 38 15 – jean.remy@intelligible.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.