Greffes : 19 établissements de Picardie relèvent le défi

Pour accroître les prélèvements d'organes, le CHU d'Amiens Picardie et 11 établissements* publics et privés de Picardie ont signé une convention de coopération, le 10 février 2009. L'accord prévoit un recensement plus exhaustif des donneurs potentiels et une parfaite coordination entre équipes. Objectifs : augmenter le nombre de greffes et optimiser les interventions.

Pour accroître les prélèvements d’organes, le CHU d’Amiens Picardie et 11 établissements* publics et privés de Picardie ont signé une convention de coopération, le 10 février 2009. L’accord prévoit un recensement plus exhaustif des donneurs potentiels et une parfaite coordination entre équipes. Objectifs : augmenter le nombre de greffes et optimiser les interventions.

Le manque de donneurs : principal obstacle à la greffe
Cette technique médicale de mieux en mieux maîtrisée entraîne naturellement une augmentation des besoins. Aujourd’hui, on greffe avec succès six organes différents : le rein, le foie, le coeur, les poumons, le pancréas et des parties de l’intestin. En 2007, 4 666 organes ont été greffés. Mais malgré la hausse régulière des prélèvements (+54% depuis 2000), les besoins sont loin d’être couverts.
Du nouveau-né à la personne âgée, toutes les tranches d’âge peuvent être concernées. La décision de greffer est prise au cas par cas par le médecin en fonction de l’évolution de la maladie, de l’efficacité des traitements et l’état de santé général du malade. A chaque fois qu’un greffon est disponible, il est attribué en priorité aux malades répondant à des critères d’urgence. Actuellement, les 13 000 patients inscrits sur liste d’attente attendent plusieurs mois, voire des années. Même si la chaîne de prélèvements et de greffe se perfectionne, 227 patients sont décédés en 2007 faute d’avoir reçu un greffon à temps.

Aujourd’hui, près d’un prélèvement possible sur trois est refusé, le plus souvent par les familles qui ne connaissent pas la volonté du défunt. Face à ce constat, la coopération inter-établissements a pour but de favoriser le prélèvement à l’échelle régionale. Le prélèvement de nouveaux profils de donneurs (donneurs vivants, donneurs décédés après arrêt cardiaque) et la lutte contre les refus «par précaution» étant les deux principaux leviers pour combler le déficit d’organes.

* Les 12 établissements signataires au 10 février 2009 : le CHU d’Amiens, les CH d’Abbeville, de Beauvais, Chauny, Clermont, Compiègne, Creil, Doullens, Hirson, Laon, Senlis et Saint-Quentin.
7 établissements devraient les rejoindre prochainement : Château-Thierry, Montdidier, Noyon, Péronne, Soissons, Clinique Pauchet et Polyclinique de Picardie.

Les principales étapes du prélèvement à la greffe : une course contre la montre*
Un donneur potentiel décède → les organes sont maintenus artificiellement en état de fonctionnement → la famille témoigne que le défunt n’était pas opposé au don de ses organes → le sang et les organes du donneur sont analysés pour définir la compatibilité avec un receveur → dès que les organes sont attribués, l’équipe de coordination du prélèvement orchestre le transport des greffons et l’opération chirurgicale → les organes du donneur sont prélevés. Aucune trace de l’opération n’est apparente. En moyenne, entre le prélèvement et la greffe, il ne faut pas dépasser : 3/4 heures pour un coeur, 12 à 18 heures pour un foie, 6 à 8 heures pour un poumon et 24 à 36 heures pour un rein → les organes, placés dans des glacières à 4°C sont transférés par le moyen de transport le plus rapide → les chirurgiens procèdent à la greffe.

*Source : agence de biomédecine

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.