Greffes de cornées lamellaires postérieures : nouvelle activité au CHU Dijon Bourgogne

Les patients souffrant de troubles visuels dus à des anomalies de la cornée n'ont souvent d'autres alternatives que la greffe de cornée pour améliorer leur vision. Depuis un peu plus de six mois, le service d’Ophtalmologie du CHU Dijon Bourgogne propose un nouveau traitement, la greffe de cornées lamellaires postérieures. À ce jour, plus de vingt personnes ont bénéficié de cette chirurgie peu invasive.

Les patients souffrant de troubles visuels dus à des anomalies de la cornée n’ont souvent d’autres alternatives que la greffe de cornée pour améliorer leur vision. Depuis un peu plus de six mois, le service d’Ophtalmologie du CHU Dijon Bourgogne propose un nouveau traitement, la greffe de cornées lamellaires postérieures. À ce jour, plus de vint personnes ont bénéficié de cette chirurgie peu invasive.
La greffe de cornées lamellaires postérieures est une greffe sélective de la seule partie anatomique en état de dysfonction, qui permet de ne remplacer que la partie de la cornée non fonctionnelle (une seule couche de 15 microns). « Cette technique de greffe endothéliale offre plusieurs avantages très appréciés par le patient, une intervention moins longue, moins de risques de rejets ou de déformations de la cornée et une récupération visuelle plus rapide. » précise le Pr Catherine Creuzot-Garcher, cheffe du service d’Ophtalmologie, 
La cornée joue un rôle essentiel dans le fonctionnement de la vision. Comme une lentille naturelle, elle transmet les rayons de lumière à l’œil en les réfléchissant ou en les réfractant. La cornée a une dimension comprise entre 520 et 560 microns d’épaisseur. Elle est composée de cinq couches. Habituellement, les interventions sur cette partie de l’œil consistaient à retirer les cinq couches de la cornée et à les remplacer par des tissus sains. Désormais, la greffe sélective  évite une chirurgie de l’œil « à ciel ouvert », puisque l’acte ne nécessite qu’une micro incision de 2,2 mm. Cette technique chirurgicale moins lourde ne requiert qu’une hospitalisation de deux jours.

Indications pour les greffes de cornées lamellaires postérieures

Les greffes de cornées lamellaires postérieures (DMEK = Descemet Membrane Endothélial Keratoplasty = greffe endothéliale pure) peuvent être proposées en cas de dystrophie de Fuchs (œdème de la cornée dû à des transformations de cellules en gouttes non fonctionnelles), de décompensations post chirurgicales et d’herpès oculaires.
Pour déployer cette technique, le CHU Dijon Bourgogne s’est doté de kits de greffe endothélio descemétique afin de prélever les greffons et les injecter dans l’œil. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.