Greffes de reins robot-assistées par voie vaginale : 1ères mondiales au CHU de Toulouse

Pour la 1ère fois au monde, deux chirurgiens ont extrait le rein de la donneuse et introduit le greffon sur la receveuse par voie vaginale. Ces deux interventions ont été exclusivement réalisées par robot chirurgical. Elles sont à mettre à l’actif de deux chirurgiens toulousains, le Docteur Nicolas Doumerc, expert en chirurgie urologique robot-assistée, et le Docteur Federico Sallusto, chirurgien urologue, coordonnateur responsable de la transplantation rénale au CHU de Toulouse. C'est la 107ème première mondiale à l'actif des CHU.
Pour la 1ère fois au monde, deux chirurgiens ont extrait le rein de la donneuse et introduit le greffon sur la receveuse par voie vaginale. Ces deux interventions ont été exclusivement réalisées par robot chirurgical. Elles sont à mettre à l’actif de deux chirurgiens toulousains, le Docteur Nicolas Doumerc, expert en chirurgie urologique robot-assistée, et le Docteur Federico Sallusto, chirurgien urologue, coordonnateur responsable de la transplantation rénale au CHU de Toulouse. C’est la 107ème première mondiale à l’actif des CHU.
En s’inspirant et en faisant évoluer les techniques les plus innovantes, ces chirurgiens ont déjà signé une première mondiale le 13 mai 2015 : la première transplantation rénale robot-assistée avec introduction du greffon par voie vaginale.
Le 9 juillet 2015, ces pionniers réalisent une nouvelle avancée chirurgicale majeure. Ils couplent en une séquence unique l’extraction rénale sur donneuse vivante puis la transplantation, toutes deux par voie vaginale avec assistance robotique. Les patients sont des sœurs. Les suites opératoires ont été très simples pour elles. La donneuse a pu regagner son domicile au 2ème jour après l’intervention et au 4ème jour pour la receveuse. Au-delà des avantages purement médicaux, cette nouvelle technique diminue les risques infectieux, d’éventration et les douleurs. Et les patientes ont apprécié l’absence de cicatrice ; un bénéficie esthétique qui n’est pas négligeable.
La transplantation rénale robot-assistée 
A ce jour, dans le monde (en Inde et aux USA), une centaine de patients seulement ont bénéficié de ce type de transplantation à l’aide d’un robot chirurgical, avec donneur vivant ou non. 
En France, pour cette indication, le robot chirurgical a été utilisé pour la première fois en 2001, à l’Hôpital Mondor à Créteil, puis au CHU de Tours en 2013. Les avantages pour le patient sont multiples : diminution de la taille de la cicatrice, atténuation de la douleur et du risque d’épanchement de liquide lymphatique, post-opératoire moins lourd, durée moyenne de séjour diminuée, etc… 
Le développement de la transplantation robot-assistée permettra à des patients non éligibles à la transplantation classique d’en bénéficier, du fait notamment d’une obésité morbide.
La transplantation rénale avec introduction du greffon par voie vaginale En mars 2015, en Inde, une étude a été publiée portant sur 8 patientes ayant bénéficié d’une technique innovante d’introduction du greffon, par voie vaginale, mais par cœlioscopie traditionnelle. Les chirurgiens toulousains ont revisité cette technique pour la pratiquer avec l’assistance du robot chirurgical
Les équipes médicales impliquées à l’hôpital Rangueil 
• Département d’Urologie-Andrologie et Transplantation Rénale Pr Pascal Rischmann – Pr Michel Soulié – Pr Xavier Gamé Dr Federico Sallusto – Dr Nicolas Doumerc Dr Jean-Baptiste Beauval – Dr Mathieu Roumiguié
• Département de Néphrologie et Unité de Transplantation d’Organes Pr Lionel Rostaing – Pr Nassim Kamar Dr Laure Esposito – Dr Olivier Cointault 
• Pôle Anesthésie-Réanimation Pr Olivier Fourcade – Dr Bernard Georges Dr Antoine Antonini – Dr Fouad Atallah – Dr Aude Rollin – Dr Karim Taj

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.