Greffes de reins robot-assistées par voie vaginale : 1ères mondiales au CHU de Toulouse

Pour la 1ère fois au monde, deux chirurgiens ont extrait le rein de la donneuse et introduit le greffon sur la receveuse par voie vaginale. Ces deux interventions ont été exclusivement réalisées par robot chirurgical. Elles sont à mettre à l’actif de deux chirurgiens toulousains, le Docteur Nicolas Doumerc, expert en chirurgie urologique robot-assistée, et le Docteur Federico Sallusto, chirurgien urologue, coordonnateur responsable de la transplantation rénale au CHU de Toulouse. C'est la 107ème première mondiale à l'actif des CHU.
Pour la 1ère fois au monde, deux chirurgiens ont extrait le rein de la donneuse et introduit le greffon sur la receveuse par voie vaginale. Ces deux interventions ont été exclusivement réalisées par robot chirurgical. Elles sont à mettre à l’actif de deux chirurgiens toulousains, le Docteur Nicolas Doumerc, expert en chirurgie urologique robot-assistée, et le Docteur Federico Sallusto, chirurgien urologue, coordonnateur responsable de la transplantation rénale au CHU de Toulouse. C’est la 107ème première mondiale à l’actif des CHU.
En s’inspirant et en faisant évoluer les techniques les plus innovantes, ces chirurgiens ont déjà signé une première mondiale le 13 mai 2015 : la première transplantation rénale robot-assistée avec introduction du greffon par voie vaginale.
Le 9 juillet 2015, ces pionniers réalisent une nouvelle avancée chirurgicale majeure. Ils couplent en une séquence unique l’extraction rénale sur donneuse vivante puis la transplantation, toutes deux par voie vaginale avec assistance robotique. Les patients sont des sœurs. Les suites opératoires ont été très simples pour elles. La donneuse a pu regagner son domicile au 2ème jour après l’intervention et au 4ème jour pour la receveuse. Au-delà des avantages purement médicaux, cette nouvelle technique diminue les risques infectieux, d’éventration et les douleurs. Et les patientes ont apprécié l’absence de cicatrice ; un bénéficie esthétique qui n’est pas négligeable.
La transplantation rénale robot-assistée 
A ce jour, dans le monde (en Inde et aux USA), une centaine de patients seulement ont bénéficié de ce type de transplantation à l’aide d’un robot chirurgical, avec donneur vivant ou non. 
En France, pour cette indication, le robot chirurgical a été utilisé pour la première fois en 2001, à l’Hôpital Mondor à Créteil, puis au CHU de Tours en 2013. Les avantages pour le patient sont multiples : diminution de la taille de la cicatrice, atténuation de la douleur et du risque d’épanchement de liquide lymphatique, post-opératoire moins lourd, durée moyenne de séjour diminuée, etc… 
Le développement de la transplantation robot-assistée permettra à des patients non éligibles à la transplantation classique d’en bénéficier, du fait notamment d’une obésité morbide.
La transplantation rénale avec introduction du greffon par voie vaginale En mars 2015, en Inde, une étude a été publiée portant sur 8 patientes ayant bénéficié d’une technique innovante d’introduction du greffon, par voie vaginale, mais par cœlioscopie traditionnelle. Les chirurgiens toulousains ont revisité cette technique pour la pratiquer avec l’assistance du robot chirurgical
Les équipes médicales impliquées à l’hôpital Rangueil 
• Département d’Urologie-Andrologie et Transplantation Rénale Pr Pascal Rischmann – Pr Michel Soulié – Pr Xavier Gamé Dr Federico Sallusto – Dr Nicolas Doumerc Dr Jean-Baptiste Beauval – Dr Mathieu Roumiguié
• Département de Néphrologie et Unité de Transplantation d’Organes Pr Lionel Rostaing – Pr Nassim Kamar Dr Laure Esposito – Dr Olivier Cointault 
• Pôle Anesthésie-Réanimation Pr Olivier Fourcade – Dr Bernard Georges Dr Antoine Antonini – Dr Fouad Atallah – Dr Aude Rollin – Dr Karim Taj

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.