Grenoble signe son Contrat de Performance avec l’ANAP et l’ARS RA

Grenoble a signé son contrat performance avec l'ARS Rhône-Alpes et l'ANAP le mardi 7 décembre 2010. Ce contrat performance est l'expression du dynamisme du CHU. En complémentarité avec le projet d'établissement 2011-2015, cet accord va conforter les démarches d'amélioration du service rendu aux patients et la qualité de l'offre de soins. Le CHU se donne ainsi les moyens de mieux satisfaire les centaines de milliers de consultats et d'hospitalisés qui lui font confiance chaque année et les personnels qui les accueillent, tout en réduisant les charges inutiles.

Grenoble a signé son contrat performance avec l’ARS Rhône-Alpes et l’ANAP le mardi 7 décembre 2010. Ce contrat performance est l’expression du dynamisme du CHU. En complémentarité avec le projet d’établissement 2011-2015, cet accord va conforter les démarches d’amélioration du service rendu aux patients et la qualité de l’offre de soins. Le CHU se donne ainsi les moyens de mieux satisfaire les centaines de milliers de consultats et d’hospitalisés qui lui font confiance chaque année et les personnels qui les accueillent, tout en réduisant les charges inutiles.

Ce travail va porter pendant deux ans sur les secteurs suivants, avec un enjeu global estimé à 12 millions d’euros par an : les plateaux techniques (la biologie médicale, l’imagerie, la pharmacie, les blocs) ; l’amélioration du circuit du patient de son domicile jusqu’à la sortie de l’hôpital ; le dossier patient ; la gestion des ressources humaines afin de réduire l’absentéisme ; enfin, les secteurs logistiques (achats, approvisionnements, restauration, transports).

Dans un contexte où l’Hôpital public doit faire face à des enjeux contradictoires : répondre à une demande toujours plus importante de soins et dans le même temps à la réduction des déficits publics imposée à l’échelle nationale et européenne, le CHU de Grenoble cherche sans cesse à améliorer sa performance au service des patients.

Cela passe évidemment par l’engagement et la compétence des 8 000 personnels soignants que compte le CHU de Grenoble et donc par l’amélioration de leurs conditions de travail et la performance des filières d’enseignement. Cela passe aussi par la recherche et la réorganisation/modernisation de l’établissement afin d’assurer des soins de qualité à tous et prendre en charge les 100 000 hospitalisations et 580 000 consultations annuelles dans des conditions optimales.

Pour répondre à ces enjeux, le CHU de Grenoble a su créer une dynamique de modernisation avec la réalisation de l’Hôpital Couple-Enfant (dont la 2ème tranche ouvrira en juin 2011), avec le développement spectaculaire des activités ambulatoires (chirurgie, hôpitaux de jour, hospitalisation à domicile), avec le nouvel Institut de Biologie et de Pathologie, avec un nouveau pôle logistique, situé à Domène.

L’excellence du CHU dans le domaine de la recherche et de l’enseignement se traduit aussi par deux importants projets en cours :
1/ le pôle santé qui accueillera d’ici 2014 sur le campus l’ensemble des étudiants de premier cycle en médecine, pharmacie, sages-femmes et paramédicaux dans le cadre du plan Campus et des Investissements d’avenir,
2/ la candidature au label d’Institut Hospitalo-Universitaire pour un projet dédié à la micro et nanomédecine, associant l’ensemble des forces grenobloises dont le CEA, pour un bénéfice direct pour les patients (améliorer le guidage des gestes interventionnels ou mettre au point des dispositifs médicaux implantables intelligents).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.