Grenoble : un projet d’établissement fondé sur la performance et l’innovation

Après avoir achevé un précédent projet 2006-10 placé sous le signe de la modernisation, le CHU met en œuvre son projet d’établissement 2011-2015, centré sur la performance et l’innovation dans sa triple mission de CHU : soins, enseignement et recherche. CHU de référence du territoire Est de la région Rhône-Alpes, Grenoble renforce ses coopérations avec les établissements de son bassin et du le sillon alpin.

Après avoir achevé un précédent projet 2006-10 placé sous le signe de la modernisation, le CHU met en œuvre son projet d’établissement 2011-2015, centré sur la performance et l’innovation dans sa triple mission de CHU : soins, enseignement et recherche. CHU de référence du territoire Est de la région Rhône-Alpes, Grenoble renforce ses coopérations avec les établissements de son bassin et du le sillon alpin.
Michel Destot, président du conseil de surveillance, Jean Debeaupuis, directeur général, les Prs. Luc Barret, président de la commission médicale et Jean-Paul Romanet, doyen de la faculté de médecine ont présenté à la presse vendredi 23 mars le nouveau projet d’établissement du CHU. Pour préparer son avenir et conforter sa position de 10ème CHU français par la taille et l’impact de sa recherche scientifique, Grenoble engage des projets de performance et d’innovation ; une garantie de référence pour les 2 millions d’habitants et pour les professionnels de santé hospitaliers et libéraux de son territoire d’attraction qu’il dessert.
Avec un budget principal d’environ 600 M€ en 2011, le CHU consolide sa situation financière et sa capacité d’autofinancement. Il peut ainsi assumer ses grandes réalisations récentes qui démontrent leur attractivité et leur performance : hôpital Couple-Enfant, seul ensemble dédié à la femme et à l’enfant du sillon alpin ; Institut de Rééducation Sud ; Institut de Biologie et Pathologie ; plateau technique d’imagerie et de radiothérapie entièrement modernisé (4 IRM dont une IRM 3T, 4 scanneurs, un PET-scan, 3 accélérateurs et un scanneur dédié à la radiothérapie) ; salles interventionnelles en neuroradiologie, cardiologie notamment.
L’activité du CHU est en constante progression depuis 2005 et représente 129.000 séjours en 2011. Leur progression d’environ 2% par an est tirée par la croissance de l’ambulatoires et des séances, ces derniers représentant désormais 54% de l’ensemble des séjours et séances. Une croissance qui s’appuie en particulier sur l’anesthésie et chirurgie ambulatoire (15% de progression annuelle).

Centre de traumatologie grave pour tout le sillon alpin et référence pour toutes les activités lourdes et complexes, le CHU est un centre majeur pour l’ensemble des transplantations d’organes (plus de 150 par an) et pour la thérapie cellulaire, notamment.

Aujourd’hui, le CHU est confronté à trois défis majeurs pour la qualité de la prise en charge et sa performance : l’essor des hospitalisations en urgences qui correspondent déjà à un tiers de son activité ; le vieillissement de la population, enjeu pour la décennie à venir : les personnes âgées de plus de 75 ans représentant 17% des séjours, et même 57% en cancérologie ; enfin, la cancérologie dans toutes ses composantes (médecine, radiothérapie et chirurgie), réalise un quart de l’activité du CHU. Ces défis appellent des réponses innovantes et adaptées, décrites par le projet d’établissement, dont certaines sont effectives dès 2012, et d’autres font partie des priorités, d’ici 2015.
La consolidation de l’autofinancement engagée dès 2011 et le retour à l’équilibre prévu d’ici 2015 permettent au CHU de préparer la seconde étape de sa modernisation. Elle concerne le plateau technique de réanimation et surveillance continue, les blocs opératoires, les salles de réveil et l’accueil ambulatoire, tant en chirurgie qu’en hôpital de jour, avec des parcours patients simplifiés et lisibles. La modernisation des structures se traduit par un confort hôtelier accru (chambres individuelles accessibles et avec douche) progressivement déployé sur l’ensemble de l’hôpital Michallon après l’ouverture de l’Hôpital Couple-Enfant, ainsi que par un regroupement de la gériatrie sur le site Sud.

L’innovation, forte au CHU de Grenoble, est au cœur des ambitions en recherche fondamentale et clinique, dans les domaines phares du CHU en lien avec l’université Joseph Fourier de Grenoble, le CEA, l’INSERM et le CNRS : neurosciences, cancer et développement, gestes assistés par ordinateur, biologie, recherche infirmière en développement. L’ouverture, en 2012, de 12 lits de recherche clinique, dont 6 dans 3 pôles et 6 lits au centre de recherche Clinatec conforte cette dynamique.

Performance et innovation sont également au cœur d’un projet managérial fort qui réunit l’ensemble des professionnels du CHU. Régulièrement ajustée depuis sa mise en place en 2007, le management par pôle au CHU s’appuie sur une large délégation de gestion aux équipes de pôles (10 pôles cliniques, 6 pôles médico-techniques et 6 pôles administratifs et logistiques) et une participation active aux démarches qualité/accréditation, lean hospitalier et contrat de performance, dont les chantiers transversaux sont tout d’abord déployés sur des pôles pilotes puis généralisés.

Performance et innovation s’appuient enfin sur un système d’information original, centré sur l’unité de soins, développé à Grenoble et partagé désormais avec une centaine d’établissements totalisant 60.000 lits en France, ce qui en fait le système d’information hospitalier de l’unité de soins le plus diffusé en France.
Avec une couverture fonctionnelle intégrale sur l’ensemble du CHU de Grenoble, renforcée récemment dans le cadre de deux projets Hôpital 2012 couvrant l’intégralité des lits de réanimation-soins intensifs-surveillance continue et le stockage-archivage d’images partagé avec l’ensemble des établissements publics du sillon alpin, le CHU de Grenoble est un laboratoire du système d’information hospitalier disposant d’un modèle économique et organisationnel performant qui déploie de nouveaux services pour les patients et les professionnels : prise de rendez-vous sur internet, communication par SMS, programmation des lits et des plateaux techniques, dictée numérique et pilotage des flux de courriers.
Le projet d’établissement 2011-2015 du CHU de Grenoble dénommé PISTE 2015 pour Performance et Innovation en Santé pour le Territoire Est se veut ambitieux et fédérateur et n’a d’autre finalité que la délivrance d’un soin de qualité à tous les patients

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.