Grève des chirurgiens du privé et des internes : peu d’impact à Brest

En grève illimitée depuis ce lundi, les chirurgiens des cliniques sont en colère contre la limitation de leurs dépassements d’honoraires à 150% du tarif Sécu. Quant aux internes, ils manifestent pour dénoncer la détérioration de leurs conditions de travail* et défendre leur liberté d'installation -qui pourrait être remise en cause par la future loi sur les réseaux de soins de soins. Mais quel est l’impact réel de ce mouvement sur les soins ? Les interventions d'urgence qui devaient être reportées sur les hôpitaux publics ont-elles bouleversé l'organisation des CHU ?

En grève illimitée depuis ce lundi, les chirurgiens des cliniques sont en colère contre la limitation de leurs dépassements d’honoraires à  150% du tarif Sécu. Quant aux internes, ils manifestent pour dénoncer la détérioration de leurs conditions de travail* et  défendre leur liberté d’installation  -qui pourrait être remise en cause par la future loi sur les réseaux de soins de soins. Mais quel est l’impact réel de ce mouvement sur les soins ? Les interventions d’urgence qui devaient être reportées sur les hôpitaux publics ont-elles bouleversé l’organisation des CHU ?
Une première réponse est arrivée par communiqué lundi 12 novembre à 16h00 en provenance du CHRU de Brest où le taux de participation traduit une faible mobilisation : 5.2 %, soit 36 grévistes (24 internes, 4 chefs de clinique, 4 praticiens hospitaliers, 3 praticiens contractuels et un 1 assistant spécialiste) sur les 684 praticiens et internes devant être présents ce jour. Seules 6 assignations ont dû être établies par la direction pour assurer la continuité des soins.
Dès le week end dernier, les équipes du CHRU se sont organisées pour faire face aux conséquences éventuelles de ce mouvement et garantir l’accueil des patients. Des salles d’accouchements supplémentaires ont été préparées afin d’absorber le surcroît d’activité en provenance des cliniques privées en grève. Des listes d’astreinte supplémentaires ont été établies par les internes et l’ensemble des praticiens est resté également joignable.
Aucun bouleversement de l’activité n’a été constaté. 
Et l’établissement de conclure «Une nouvelle fois exemplaire, le sens de la mission des équipes du CHRU de Brest  garantit la continuité du service public hospitalier. »
*et notamment le respect de leur temps de repos, après les 60 heures qu’ils effectuent par semaine.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.