Grève des chirurgiens du privé et des internes : peu d’impact à Brest

En grève illimitée depuis ce lundi, les chirurgiens des cliniques sont en colère contre la limitation de leurs dépassements d’honoraires à 150% du tarif Sécu. Quant aux internes, ils manifestent pour dénoncer la détérioration de leurs conditions de travail* et défendre leur liberté d'installation -qui pourrait être remise en cause par la future loi sur les réseaux de soins de soins. Mais quel est l’impact réel de ce mouvement sur les soins ? Les interventions d'urgence qui devaient être reportées sur les hôpitaux publics ont-elles bouleversé l'organisation des CHU ?

En grève illimitée depuis ce lundi, les chirurgiens des cliniques sont en colère contre la limitation de leurs dépassements d’honoraires à  150% du tarif Sécu. Quant aux internes, ils manifestent pour dénoncer la détérioration de leurs conditions de travail* et  défendre leur liberté d’installation  -qui pourrait être remise en cause par la future loi sur les réseaux de soins de soins. Mais quel est l’impact réel de ce mouvement sur les soins ? Les interventions d’urgence qui devaient être reportées sur les hôpitaux publics ont-elles bouleversé l’organisation des CHU ?
Une première réponse est arrivée par communiqué lundi 12 novembre à 16h00 en provenance du CHRU de Brest où le taux de participation traduit une faible mobilisation : 5.2 %, soit 36 grévistes (24 internes, 4 chefs de clinique, 4 praticiens hospitaliers, 3 praticiens contractuels et un 1 assistant spécialiste) sur les 684 praticiens et internes devant être présents ce jour. Seules 6 assignations ont dû être établies par la direction pour assurer la continuité des soins.
Dès le week end dernier, les équipes du CHRU se sont organisées pour faire face aux conséquences éventuelles de ce mouvement et garantir l’accueil des patients. Des salles d’accouchements supplémentaires ont été préparées afin d’absorber le surcroît d’activité en provenance des cliniques privées en grève. Des listes d’astreinte supplémentaires ont été établies par les internes et l’ensemble des praticiens est resté également joignable.
Aucun bouleversement de l’activité n’a été constaté. 
Et l’établissement de conclure «Une nouvelle fois exemplaire, le sens de la mission des équipes du CHRU de Brest  garantit la continuité du service public hospitalier. »
*et notamment le respect de leur temps de repos, après les 60 heures qu’ils effectuent par semaine.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.