Grève des médecins libéraux du 23 janvier 2002

Le mouvement engagé par les médecins libéraux génère une suractivité au sein du CHU de Bordeaux, tant au niveau du SAMU et du Centre 15 qu'au niveau des services d'urgence (notamment à l'Hôpital Saint-André et au Groupe Hospitalier Pellegrin dans le secteur adulte comme dans le secteur enfant).

Comme il en a la mission, le CHU de Bordeaux s’efforcera de faire face à ce surcroît d’activité en assurant l’accueil et la prise en charge des patients qui s’adresseront à ses services. Toutefois, il est instamment recommandé de limiter le recours aux structures hospitalières aux réelles urgences, afin d’éviter un allongement des attentes et un engorgement des structures téléphoniques du CHU.

Il est précisé qu’un renforcement exceptionnel des effectifs sera mis en ?uvre pour cette journée du 23 janvier 2002, tant au niveau de la réception des appels au Centre 15 qu’en ce qui concerne les équipes intervenant à l’extérieur (SMUR) ainsi que les équipes médicales et paramédicales des services d’urgence de l’hôpital Saint-André et du Groupe Hospitalier Pellegrin.

Ce dispositif exceptionnel doit permettre de répondre aux besoins d’urgence de la population, tout en sollicitant la compréhension de chacun dans l’hypothèse d’un allongement des délais d’attente.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.