Grippe A : 22.5% du personnel du CHU vacciné

Après un démarrage plutôt lent, à l'instar des autres établissements, une accélération des demandes de vaccination a été enregistrée. Ainsi, le CHU de Dijon vient d'atteindre le taux de personnel vacciné de 22.5% avec 1.526 personnes, parmi lesquelles 50% du corps médical.

Après un démarrage plutôt lent, à l’instar des autres établissements, une accélération des demandes de vaccination a été enregistrée. Ainsi, le CHU de Dijon vient d’atteindre le taux de personnel vacciné de 22.5% avec 1.526 personnes, parmi lesquelles 50% du corps médical.

Cette nouvelle étape très encourageante reflète la prise de conscience des professionnels quant à l’importance de cette vaccination, pour leur propre protection mais aussi et surtout pour celle des patients dont ils ont la charge.

Conformément à la règlementation nationale, la vaccination antigrippale A/H1N1 pandémique 2009 a débuté fin octobre dernier dans les établissements de santé, autour d’une organisation efficace, communiquée largement et régulièrement aux professionnels de l’établissement. Le dispositif a été renforcé voici 15 jours par
l’élargissement de l’offre de vaccination.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.