Grippe A : l’AP-HM préparée aux éventuels cas graves

La majorité des cas de décès sur Grippe A sont provoqués par des défaillances respiratoires graves dues a un syndrôme de détresse respiratoire aigu (SDRA) viral ou une surinfection bactérienne pulmonaire. Le traitement repose sur la ventilation artificielle adaptée. En général cette intervention est réalisée dans une unité de réanimation. Mais les habitants de la région PACA-Languedoc-Corse savent qu'ils n'auront pas à se déplacer dans ces situations extrêmes car l'Unité Mobile d'Assistance Circulatoire (UMAC) de l'Assistance Publique - Hopitaux de Marseille viendra à eux.

La majorité des cas de décès sur Grippe A sont provoqués par des défaillances respiratoires graves dues a un syndrôme de détresse respiratoire aigu (SDRA) viral ou une surinfection bactérienne pulmonaire. Le traitement repose sur la ventilation artificielle adaptée. En général cette intervention est réalisée dans une unité de réanimation. Mais les habitants de la région PACA-Languedoc-Corse savent qu’ils n’auront pas à se déplacer dans ces situations extrêmes car l’Unité Mobile d’Assistance Circulatoire (UMAC) de l’Assistance Publique – Hopitaux de Marseille viendra à eux.

Dans les cas les plus graves, seule une assistance cardio-respiratoire extra-corporelle permet de maintenir les patients en vie en attendant la récupération de la fonction respiratoire.
Ces dispositifs, qui nécessitent une expertise pour leur utilisation, ne sont disponibles que dans un nombre restreint de centres, et souvent la gravité de l’état des patients fait qu’ils ne sont pas transportables. Pour la région PACA-Corse, seule l’AP-HM dispose de cette technique et peut la déplacer auprès du malade. Déjà, plusieurs centaines de patients ont bénéficié de l’UMAC.

L’expérience précieuse de l’UMAC
L’ AP-HM dispose surtout d’une unité Mobile d’Assistance Circulatoire (UMAC) dans le service de Chirurgie cardiaque du Pr Collart, à la Timone. L’UMAC peut se déplacer avec le Samu sur l’ensemble de la région PACA-Languedoc-Corse pour mettre en place ce type d’assistance chez les patients, à l’endroit où ils se trouvent, et les rapatrier ensuite au CHU.
Cette unité, créée il y a maintenant plus de 3 ans en France, a été la première à s’organiser pour couvrir un bassin de population important. Elle se déplace en ambulance et avec l’hélicoptère de la Sécurité civile.

L’UMAC a déjà pris en charge plus de 60 patients depuis sa création .Pour faire face à l’épidémie de grippe A si elle venait à s’étendre, l’UMAC vient de renforcer ses équipes et d’acquérir de nouveaux matériels.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.