Grippe A/H1N1 : trois cas avérés et une consultation dédiée

Le CHR d'Orléans confirme la prise en charge de trois personnes atteintes de la grippe A, la première a été accueillie samedi 27 juin 2009, la seconde lundi 29 juin et la troisième, le 2 juillet. Le protocole prévu a été appliqué, sans aucune difficulté particulière. Par ailleurs, une consultation hospitalière dédiée a été organisée dès le 29 juin 2009.

Le CHR d’Orléans confirme la prise en charge de trois personnes atteintes de la grippe A, la première a été accueillie samedi 27 juin 2009, la seconde lundi 29 juin et la troisième, le 2 juillet. Le protocole prévu a été appliqué, sans aucune difficulté particulière. Par ailleurs, une consultation hospitalière dédiée a été organisée dès le 29 juin 2009.

Le 27 juin 2009, le CHR d’Orléans accueillait une patiente qui s’est avérée atteinte de la grippe A/H1N1 nouveau variant. Deux jours après un autre malade s’est présenté. En provenance d’un pays à risque, la première patiente a été prise en charge selon le protocole : isolement, tests, et retour au domicile pour le traitement. L’état de santé de la patiente était peu inquiétant. Les symptômes étaient bénins et de ce fait la patiente n’a pas été hospitalisée. Elle a reçu, selon les directives de la Direction Générale de la Santé, un traitement par Tamiflu et son entourage proche a reçu un traitement préventif. ll n’y a actuellement pas d’autre cas suspect à Orléans.
L’état du second patient ne nécessitant pas d’hospitalisation, il a pu sortir le 30 juin.

La troisième patiente a été reçue aux urgences ; après examen, son état ne nécessitant pas d’hospitalisation, elle a regagné son domicile. Les analyses ont confirmé hier qu’elle était porteuse d’une grippe A ; elle est prise en charge selon le protocole.

Avant le 27 juin 2009, le CHR avait investigué 4 cas possibles dont 2 probables qui se sont révélés être des grippes saisonnières banales sans gravité. Depuis le début de l’épidémie, le CHR d’Orléans participe, en vertu des missions qui lui sont confiées, à la prise en charge des patients qui relèvent ou peuvent relever d’une atteinte par le virus A/H1N1. Son action s’inscrit en interface étroite avec le dispositif mis en place par les pouvoirs publics. Le CHR dispose d’un plan pandémie grippale, et d’une organisation pour faire face aux cas qui lui sont adressés.

En tant que siège du SAMU 45, il a reçu en différentes occasions les équipements et protections destinés aux professionnels de santé, et les médicaments correspondants, qui ne sont évidemment distribués que sur ordonnance.

Une filière de consultation dédiée à la grippe A
La consultation hospitalière dédiée à la grippe de type A/H1N1 est organisée depuis hier à l’hôpital de La Source, et est adaptable en fonction des besoins (nombre de patients). Les patients présentant des symptômes grippaux y seront reçus sans rendez-vous et de manière appropriée.
En cas de doute sérieux, le CHR rappelle que la population doit s’adresser en priorité au Centre 15, qui précisera la conduite à tenir. Si l’inquiétude semble justifiée, le Centre 15 conseillera de se rendre à la consultation dédiée : il n’est donc pas nécessaire de venir au service d’Urgences en première intention.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.