Grippe mexicaine, le CHU prend toutes les mesures nécessaires

Le CHU de Nîmes a réactivé préventivement le dispositif « Pandémie grippale » de son « Plan Blanc » pour faire face aux éventuels cas de grippe mexicaine.

Le CHU de Nîmes a réactivé préventivement le dispositif « Pandémie grippale » de son « Plan Blanc » pour faire face aux éventuels cas de grippe mexicaine.

A cet effet, la PROCEDURE en cas de suspicion d’une infection par le virus de la grippe mexicaine a été mise en vigueur :

1. Tout patient se présentant au service d’accueil des urgences pour lequel l’infirmière d’accueil suspecte un risque d’infection par la grippe mexicaine est doté d’un masque chirurgical et placé en chambre d’isolement.
Le personnel en contact avec le patient se protège par le port d’un masque filtrant et d’une tenue de protection : charlotte, gants, surblouse à usage unique.

2. L’infirmière d’accueil informe immédiatement le médecin régulateur des urgences qui détermine s’il s’agit d’un cas possible ou d’un cas exclu.

3. S’il s’agit d’un cas possible de grippe mexicaine, le médecin effectue un prélèvement naso-pharyngé grâce au kit de prélèvement prévu à cet effet. Le patient est hospitalisé dans une chambre d’isolement du Service des Maladies Infectieuses et Tropicales (SMIT) du CHU.

4. Le prélèvement est adressé par transporteur au laboratoire de virologie agréé chargé de l’analyser.

Parallèlement, une CELLULE DE CRISE a été mise en place. Elle rassemble les médecins urgentistes, les médecins du SMIT et la Direction Générale du CHU et est organisée pour faire face à toute évolution de la situation.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.