Grossesse et jumeaux : la séparation de deux circulations sanguines placentaires grâce à un nouveau laser

Le 11 janvier 2011, le Pr Franck Perrotin réalisait la première intervention intra-utérine de coagulation des vaisseaux mettant en communication les deux circulations sanguines de jumeaux chez une patiente touchée par le syndrome transfuseur-transfusé. L'opération a eu lieu à la fin de son 4ème mois de grossesse.

Le 11 janvier 2011, le Pr Franck Perrotin réalisait la première intervention intra-utérine de coagulation des vaisseaux mettant en communication les deux circulations sanguines de jumeaux chez une patiente touchée par le syndrome transfuseur-transfusé. L’opération a eu lieu à la fin de son 4ème mois de grossesse.

L’équipe de la maternité du CHRU de Tours se félicite d’avoir acquis ce nouveau laser (50 000 euros). Avec un recrutement régional, cet équipement va permettre de traiter à Tours une quinzaine de grossesses gémellaires par an. Jusqu’à présent les parturientes tourangelles souffrant du syndrome transfuseur-transfusé étaient transférées à Paris.

Le syndrome transfuseur-transfusé
Pendant la vie in-utero, les vrais jumeaux peuvent dans un tiers des cas partager un seul et unique placenta mêlant ainsi étroitement leurs deux circulations sanguines. Ce partage habituellement «équitable» pendant les 9 mois de la grossesse peut parfois se déséquilibrer et entrainer une pathologie grave appelée «syndrome transfuseur-transfusé» et mettre en jeu la grossesse. Dans cette situation critique pour les deux jumeaux à naitre, l’un va «donner son sang» à son co-jumeau qui se trouva alors en surcharge. Si rien n’est fait, le décès d’un ou des deux jumeaux peut se produire dans plus de la moitié des cas.

Il existe 9 lasers de ce type en France
1 à Clermont Ferrand, Lille, Marseille, Nantes, Paris, Rouen, Strasbourg, Toulouse et maintenant Tours. L’acquisition par Tours répond à un véritable besoin pour la région Ouest. Elle permettra de renforcer les collaborations inter-CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.