Groupe nantais d’éthique en santé, le Gneds multiplie les activités

Étude des protocoles de recherche, organisation d'une journée annuelle, mise à disposition de ressources documentaires, participation à des cafés éthiques... Le groupe nantais d’éthique dans le domaine de la santé multiplie ses interventions.

Étude des protocoles de recherche, organisation d’une journée annuelle, mise à disposition de ressources documentaires, participation à des cafés éthiques… Le groupe nantais d’éthique dans le domaine de la santé multiplie ses interventions.
Le groupe nantais d’éthique dans le domaine de la santé (Gneds) assure une mission d’information, de formation et de réflexion sur l’éthique dans le cadre des soins, au sein de l’hôpital mais peut aussi venir en aide aux personnes confrontées à des cas mettant en jeu des questions d’éthique : professionnels de santé du secteur public ou d’établissements ne disposant pas de ressources spécifiques dans le domaine de l’éthique, mais aussi aidants. La collaboration avec la direction de la recherche clinique représente une part importante de l’activité du Gneds qui veille au respect des règles d’éthique dans les protocoles de recherche non interventionnelle et contribue ainsi au rayonnement de la recherche clinique du CHU de Nantes.
Le Gneds prépare parallèlement, comme chaque année une journée d’éthique* le 12 janvier 2013 autour du thème : «La santé et le Net : quelle éthique pour les TIC  ? (technologies de l’information et de la communication)» Tables rondes, retours d’expériences… Les conférenciers s’interrogerot sur les nouveaux défis posés à la médecine par l’information et la communication via les réseaux informatiques. Cette journée est ouverte à toute public.
Par ailleurs, depuis quelques mois, le fonds documentaire du groupe est disponible à la bibliothèque universitaire, où l’on peut consulter librement ses revues et documents spécialisés.
Conformément à l’arrêté du 4 janvier 2012, un espace éthique régional, lieu d’échanges autour de projets d’enseignement, de recherche… est en cours de création sous la responsabilité du Pr  Gérard Dabouis, responsable de la consultation d’éthique clinique. Le Gneds en sera partie prenante.
Enfin, depuis 2012, le groupe a noué des liens avec l’espace éthique de Bretagne occidentale : « Nous avions contacté son président pour des conseils et un retour d’expérience. Il organise au CHU de Brest des cafés éthiques auxquels nous participons désormais, ainsi que plusieurs autres établissements, en visioconférence », explique le Pr Françoise Ballereau, présidente du Gneds. Pendant deux heures, une fois par mois, au cours de séances ouvertes à tous, la salle de visioconférence accueille des échanges autour des principaux thèmes motivant le recours au Gneds ou à la consultation d’éthique clinique*.
* dates et inscription : www.chu-nantes.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.