Cancérologie : Groupement de Coopération Sanitaire Brest – Quimper

Confrontés depuis plusieurs mois à des difficultés récurrentes de spécialistes en Cancérologie et soucieux de garantir la continuité des soins des patients du sud Finistère, le Centre Hospitalier de Quimper et le CHRU de Brest, encouragés par l’Agence Régionale de Santé de Bretagne, ont conçu un dispositif commun de prise en charge en Cancérologie.

Confrontés depuis plusieurs mois à des difficultés récurrentes de spécialistes en Cancérologie et soucieux de garantir la continuité des soins des patients du sud Finistère, le Centre Hospitalier de Quimper et le CHRU de Brest, encouragés par l’Agence Régionale de Santé de Bretagne, ont conçu un dispositif commun de prise en charge en Cancérologie.

Dans le cadre d’un groupement de coopération sanitaire, le projet prévoit la mise en place d’une seule équipe médicale regroupant les
radiothérapeutes et le chimiothérapeutes des deux établissements.
Cette organisation se révèle la meilleure solution à long terme pour
faciliter le recrutement de médecins et maintenir une prise en charge de proximité en respectant les critères de qualité du Plan Cancer.
Grâce à ce dispositif les patients du sud Finistère accéderont à l’innovation thérapeutique. Ils pourront aussi bénéficier des toutes dernières avancées en participant, s’ils le souhaitent, aux essais cliniques initiés par les équipes hospitalo-universitaires de Brest.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.