Guadeloupe : la psychiatrie entre dans une nouvelle ère

En ce début d'année 2006, un complexe d'hospitalisation de 75 lits de psychiatrie répartis sur trois bâtiments vient d'être inauguré sur le site du Centre Hospitalier Universitaire de Pointe-à-Pitre/Abymes. Ce nouveau pôle réunit les trois secteurs de Grande-Terre (G04, G05 et G06) et s'inscrit dans le cadre de la restructuration des du CHU et du Centre Hospitalier de Montéran. Les deux établissements ont réalisé conjointement les travaux : le CHU en mettant le foncier à disposition et le CH en assurant la maîtrise d'ouvrage. Coût de l'opération 12.874.125 euros financés à 65% de l'emprunt et à 35% des fonds structurels européens (FEDER).

En ce début d’année 2006, un complexe d’hospitalisation de 75 lits de psychiatrie répartis sur trois bâtiments vient d’être inauguré sur le site du Centre Hospitalier Universitaire de Pointe-à-Pitre/Abymes. Ce nouveau pôle réunit les trois secteurs de Grande-Terre (G04, G05 et G06) et s’inscrit dans le cadre de la restructuration des du CHU et du Centre Hospitalier de Montéran. Les deux établissements ont réalisé conjointement les travaux : le CHU en mettant le foncier à disposition et le CH en assurant la maîtrise d’ouvrage. Coût de l’opération 12.874.125 euros financés à 65% de l’emprunt et à 35% des fonds structurels européens (FEDER).

Un pôle intersectoriel pour une psychiatrie de proximité
Le projet médical a été élaboré dans le souci de faciliter la réintégration des personnes dans leur milieu de vie, d’organiser de façon efficiente les urgences psychiatriques et d’adapter les prises en charge au besoin des personnes. Ainsi, l’unité fonctionnelle de Réhabilitation médico-psycho-sociale propose trois modes de prise en charge :
– Le Pôle Psychosocial, composé de 2 sites distincts, un pour l’intra-hospitalier, un autre pour l’extrahospitalier (Villa Lembert). La finalité de ce pôle est d’éviter la ré-hospitalisation des usagers et de leur permettre de vivre dans la communauté avec un maximum d’autonomie.
– L’atelier thérapeutique de Doubs : créé en 1992, cette structure a pour vocation la prise en charge de personnes en soins de réadaptation sociale et professionnelle. L’agriculture en est le médiateur de soins essentiel, en raison de sa situation en zone rurale.
– L’accueil familial thérapeutique (AFT) : d’une capacité de 18 places, cette structure alternative à l’hospitalisation complète sera dédiée aux usagers adultes relevant des populations des secteurs psychiatriques et nécessitant un traitement en milieu familial. Son objectif est de favoriser la réadaptation de l’usager et de faciliter, lorsque cela est possible, sa réinsertion.
Une structure d’hospitalisation à domicile a été créée ; service d’autant plus nécessaire que les capacités d’hospitalisation à temps plein ont été réduites.

La réponse à l’hospitalisation au long cours
Resocialiser les patients « chroniques » hospitalisés depuis de nombreuses années requiert la conception d’un projet individualisé. Un travail thérapeutique adapté sera mené dans une structure du type foyer de vie (15 places) avant d’envisager le placement en famille d’accueil thérapeutique, en maison d’accueil spécialisée ou le retour dans la famille etc…

L’urgence et la Psychiatrie de liaison
La mission est vaste, il s’agit de mettre en place des conditions d’accueil réglementaires au Service d’Accueil des Urgences pour les patients relevant de la psychiatrie (création d’une véritable unité fonctionnelle, création de lits portes, de chambres d’isolement, etc.), d’améliorer la couverture dans les différents services du CHU et de développer les prises en charge transversales (addictologie, alcoologie, soins palliatifs etc…)

Ces projets s’appuient sur le développement des unités existantes (l’unité d’hospitalisation temps plein ; les Centres Médico-Psychologiques de consultation ; l’unité d’accueil thérapeutique à temps partiel.) et la création de nouvelles structures (l’hospitalisation de nuit, les appartements thérapeutiques associatifs, la « maison de vie »).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.