Haïti : le CHU se mobilise pour porter secours aux victimes

Le tremblement de terre en Haïti et ses effets dévastateurs ont donné naissance à un vaste mouvement de solidarité au sein du CHU de Fort-de-France qui s'est manifesté dès le lendemain du séisme, mercredi 13 Janvier 2010 : envoi de missions à Haïti, mise en place d'un staff à l'aéroport, hospitalisation de 77 victimes dont 34 enfants et 43 adultes, accueil de délégations de professionnels de la métropole (SAMU 75), coordination avec les autres établissements de la Martinique et de la Guadeloupe, déclenchement du plan blanc, … Dans une note, Daniel Riam, directeur général du CHU détaille les dispositifs de secours déployés et rend hommage à la générosité et au professionnalisme des personnels hospitaliers.

Le tremblement de terre en Haïti et ses effets dévastateurs ont donné naissance à un vaste mouvement de solidarité au sein du CHU de Fort-de-France qui s’est manifesté dès le lendemain du séisme, mercredi 13 Janvier 2010 : envoi de missions à Haïti, mise en place d’un staff à l’aéroport, hospitalisation de 77 victimes dont 34 enfants et 43 adultes, accueil de délégations de professionnels de la métropole (SAMU 75), coordination avec les autres établissements de la Martinique et de la Guadeloupe, déclenchement du plan blanc, … Dans une note, Daniel Riam, directeur général du CHU détaille les dispositifs de secours déployés et rend hommage à la générosité et au professionnalisme des personnels hospitaliers.

Une cellule de crise réunie autour du Directeur Général, du Président de la CME, de toutes les Directions Fonctionnelles, du SAMU, de l’ensemble des services médicaux et médico-techniques dédiés à la prise en charge de l’urgence, a immédiatement été convoquée. Une mission composée de trois médecins et de deux infirmières anesthésistes du CHU a rapidement décollé pour Port-au-Prince afin d’évaluer la situation et d’organiser les évacuations sanitaires vers la Martinique.

Au cours des trois jours qui ont suivi, la cellule de crise a mis en place une organisation réactive et efficace capable de sauver le maximum de vies

• Mise en place d’un staff à l’aéroport au pied des avions en provenance d’Haïti pour évaluer, trier et adresser les blessés
• Organisation au sein des urgences d’une zone de tri pour les premières prises en charge
• Mobilisation de la réanimation et des blocs opératoires adultes et enfants
• Mobilisation à nos côtés des hôpitaux du Lamentin, de Trinité et de la clinique Saint Paul qui ont reçu des malades et accueilli une partie du programme opératoire réglé du CHU pour soulager nos blocs.
• Accueil d’une délégation de 22 professionnels en provenance de métropole coordonnés par le SAMU de Paris (anesthésistes, urgentistes, pédiatres, infirmier anesthésistes…) chargée de soutenir nos équipes pour la prise en charge de l’afflux de victimes.
• Coordination avec le CHU de Pointe à Pitre pour la répartition des victimes entre la Martinique et la Guadeloupe.
• Conditionnement d’un service complet dans le tripode pour regrouper les victimes originaires d’Haïti.
• Déclenchement du plan blanc à le samedi 16 janvier 13 heures

Au total, 77 victimes adultes et enfants, dont de nombreuses dans un état très grave ont été prises en charge par nos services avec compétence et énergie.

A compter de samedi 16 Janvier au soir, nous avons noté un ralentissement des arrivées de victimes. Le lundi 18 Janvier, le Directeur de l’agence régionale de santé, de retour de mission en Haïti, nous a informé en cellule de crise, de grosses difficultés sur le terrain pour continuer les évacuations sanitaires. Nous avons à sa demande suspendu le Plan Blanc le lundi 18 janvier à 14h et préparé le départ d’une nouvelle mission composée cette fois de huit personnes :(anesthésistes, infirmiers, chirurgiens, urgentistes, pharmaciens) qui ont décollé pour Port-au- Prince dès mardi matin.

Ce type d’aide était unanimement demandé là-bas pour secourir et appuyer les moyens médicaux sur place ; plusieurs Postes Médicaux Avancés avaient déjà été installés afin de permettre des interventions localement.
Dans la matinée du mardi 19 Janvier, les autorités Sanitaires de l’Etat nous ont demandé de préparer l’hôpital à la réception d’enfants victimes du séisme, et dont les blessures ne permettaient pas une prise en charge sur place.
Une cellule de crise a aussitôt été convoquée à la Maison de la Femme de la Mère et de l’Enfant afin de structurer les services en vue d’un afflux d’enfants.
Un état des lieux a été dressé afin de faire remonter au ministère nos besoins en personnel, équipements et consommables pour affronter cette nouvelle mission.

Le CHU de Fort-de-France et l’ensemble de la communauté hospitalière de la Martinique ont démontré une efficacité remarquable pour porter une contribution concrète au peuple Haïtien en détresse dans le domaine de compétence qui est le notre : la Santé. Des vies ont été sauvées tant sur place par nos équipes en mission qu’en Martinique grâce au dévouement exemplaire de notre personnel.
Une réactivité permanente a été nécessaire pour adapter chaque jour la réponse aux besoins remontant du terrain et aux victimes débarquées à l’aéroport dont l’état de santé n’était connu qu’une fois sur le tarmac.

Cette mobilisation exemplaire fait la fierté de Daniel Riam, Directeur Général du CHU de Fort-de-France « Les hospitaliers de Martinique continueront dans les semaines et les mois à venir à secourir nos frères Haïtiens en répondant avec détermination et compétence aux besoins qui s’exprimeront. Ils méritent remerciements et gratitude pour leur comportement exemplaire. Je suis pour ma part très fier de me retrouver à la tête d’une communauté hospitalière dont les professionnels ont dans le coeur de la générosité et au bout des doigts un savoir faire salvateur. »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.