Handicap moteur : les 10 ans du service de rééducation et de réadaptation pédiatrique

Depuis 2005 le service de Médecine Physique et de Réadaptation (MPR) pédiatrique du CHU de Saint-Etienne accueille en rez-de-chaussée des enfants et adolescents de 5 à 18 ans souffrant de paralysie cérébrale, de maladies neuromusculaires, de malformations, de traumatismes crâniens suite à des accidents de la voie publique et/ou de sport. Chacun d’eux suit un programme personnalisé de soins pluridisciplinaires,

Depuis 2005 le service de Médecine Physique et de Réadaptation (MPR) pédiatrique du CHU de Saint-Etienne accueille en rez-de-chaussée des enfants et adolescents de 5 à 18 ans souffrant de paralysie cérébrale, de maladies neuromusculaires, de malformations, de traumatismes crâniens suite à des accidents de la voie publique et/ou de sport.  Chacun d’eux suit un programme personnalisé de soins pluridisciplinaires favorisant son autonomie et un retour à une vie la plus normale possible. A la disposition des 800 jeunes qui fréquentent le service sur l’année, toute une palette d’activités et des services d’hospitalisation traditionnelle et ambulatoire. 
Prendre soin des jeunes en situation de handicap physique
Un service d’hospitalisation complète de 10 lits accueille les jeunes patients sont admis après près un séjour en Pédiatrie ou en Chirurgie pédiatrique à la suite d’une intervention, d’un accident ou d’une maladie invalidante
Un hôpital de jour de 2 places est réservé à la réalisation de bilans pluridisciplinaires et des soins spécifiques comme des injections de toxine botulinique ou un appareillage.
Des consultations externes sont également proposées pour évaluer les troubles du développement moteur, de la marche, de la préhension et de la coordination…
Des consultations pluridisciplinaires sont organisées dans le cadre de l’hôpital de jour, pour certaines situations complexes de paralysie cérébrale, myopathies, spina bifida, polyhandicap. Elles permettent la confrontation de plusieurs avis de spécialistes et préparent à la transition enfant/adulte.
Egalement à leur disposition le plateau de rééducation orthopédique et neurologique et son matériel adapté à chaque âge et aux déficiences ou handicaps.
La balnéothérapie avec plate-forme pour ajuster les niveaux d’immersion.
Le plateau d’ergothérapie dédié à la rééducation, l’entrainement aux gestes de la vie quotidienne (toilette, habillage, repas) comprend un appartement de simulation thérapeutique. Les enfants peuvent également profiter du jardin thérapeutique avec un parcours de marche et un mur d’escalade. Enfin le gymnase offre un espace pour s’orienter vers de nouvelles activités sportives.
Des espaces spécialisés complètent l’offre
L’orthophonie pour rééduquer le langage, la communication et la déglutition.
La psychomotricité afin de faciliter la réappropriation du schéma corporel, l’organisation spatio temporelle et le développement psychomoteur.
Enfin l’atelier d’appareillage permet à l’orthoprothésiste, aux ergothérapeutes et aux rééducateurs orthopédiques de proposer sur place un appareillage adapté aux troubles des jeunes patients.
La rééducation comporte aussi d’autres activités comme le BAO PAO (expliquer le sigle – instrument de musique électronique), les ateliers cuisine, la sophrologie, les mises en situations extérieures, les soins sensiro-moteurs…
Le service traite aussi leurs douleurs chroniques et les suites de chirurgie, de réanimation ou de cancer.
Dans cette unité, un soin particulier a été apporté à l’accessibilité et à l’aménagement du service afin d’en faire un lieu de vie, les enfants étant parfois hospitalisés pendant plusieurs mois. 
Le CHU de Saint-Etienne est le seul établissement de santé de la Loire à disposer d’un service de rééducation pédiatrique. A ce titre, le service coordonne l’activité de Médecine Physique et de Réadaptation pédiatrique dans le secteur Loire-Drôme-Ardèche. Il  héberge la coordination du centre national de référence de l’AVC de l’enfant et adhère au réseau régional de rééducation et de réadaptation pédiatrique Rhône-Alpes R4P.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.