Handicap : un cabinet adapté aux dentistes à mobilité réduite, une 1ère européenne

A Toulouse, un étudiant paraplégique a réussi à poursuivre ses études en odontologie, exercer en tant que chirurgien-dentiste et accueillir des patients malgré son handicap. Cette intégration modèle est le résultat de la détermination d'un jeune homme. C'est aussi le fruit d'une coopération hospitalo-universitaire unique entre la Mission Handicap de l’Université Toulouse III – Paul Sabatier et le CHU. Jusqu’alors, il n'était pas possible d’accueillir des étudiants en situation de handicap en odontologie en raison de l'inadaptation des postes de soins. Aujourd'hui le rêve de Charles Adrien Godet de devenir chirurgien-dentiste est en passe de devenir réalité.

A Toulouse, un étudiant paraplégique a réussi à poursuivre ses études en odontologie, exercer en tant que chirurgien-dentiste et accueillir des patients malgré son handicap. Cette intégration modèle est le résultat de la détermination d’un jeune homme. C’est aussi le fruit d’une coopération hospitalo-universitaire unique entre la Mission Handicap de l’Université Toulouse III – Paul Sabatier et le CHU. Jusqu’alors, il n’était pas possible d’accueillir des étudiants en situation de handicap en odontologie en raison de l’inadaptation des postes de soins. Aujourd’hui le rêve de Charles Adrien Godet de devenir chirurgien-dentiste est en passe de devenir réalité.

Tous les leviers possibles ont été activés pour permettre à l’étudiant de réaliser son stage. Les travaux d’accessibilité et d’aménagement des locaux, nécessitant la construction d’un espace dédié ont été financés par le pôle Clinique des Voies Respiratoires du CHU de Toulouse, dirigé par les Pr Didier et Vaysse. La faculté de chirurgie dentaire a financé l’achat d’un fauteuil de travail adapté avec commandes manuelles exclusives, avec l’aide de la convention ATOUTS pour TOUS, validée par la DIRECCTE. Ce dispositif, le 1er en Europe, est un exemple de coopération hospitalo-universitaire dans le domaine de l’accompagnement des personnes en situation de handicap.

D’autres applications possibles
A l’issue de la formation de l’étudiant, l’espace sera dédié à la prise en charge de patients à mobilité réduite, notamment en brancard, avec une nouveauté supplémentaire : une salle d’attente pour patients en brancard et fauteuil pour plus de confort. Le fauteuil sera également utilisé par les praticiens spécialistes dans le cadre de leur activité quotidienne pour des actes de spécialités.
Le courageux parcours de Charles Adrien Godet
Suite à un accident en 2013, Charles-Adrien Godet se voit atteint d’une tétraplégie, avec récupération des bras. Il réussit néanmoins le concours PACES en 2016. Il poursuit ensuite ses études au sein de la faculté de chirurgie dentaire de Toulouse. Grâce aux aménagements initiés par la mission handicap avec le soutien du Pr Pomar (Doyen de la faculté) et du Pr Vaysse, il bénéficie d’un environnement professionnel adapté et peut suivre correctement les exercices de travaux pratiques. Aujourd’hui en 4ème année, il exerce en tant qu’externe au sein du service d’odontologie du CHU, dirigé par le Pr Vaysse.
J’ai passé une première fois le concours de la PACES (première année commune aux études de santé), sans succès. Je prévoyais donc de le repasser l’année suivante, mais j’ai été victime d’un accident entre temps; depuis je suis paraplégique. Suite à cela j’ai fait de la rééducation tout en gardant en tête mon désir de devenir chirurgien-dentiste un jour. Je me suis doncre présenté au concours dès que cela a été possible, avec le soutien du Dr Cadieux, gérant la Mission handicap de l’université Toulouse III – Paul Sabatier. Cette seconde fois a été la bonne et j’ai été reçu" raconte Charles-Adrien Godet. Accueilli par le Pr Pomar, doyen de la faculté de chirurgie dentaire, il a poursuivi son cursus même lorsque mon handicap était source de gêne. Un mannequin adapté avait été installé au sein de la faculté pour qu’il puisse suivre correctement les travaux pratiques. Aujourd’hui il est en 4ème année et commence à travailler en tant qu’externe dans le service d’odontologie du CHU de Toulouse. Afin de lui permettre d’exercer dans les meilleures conditions et de recevoir comme il se doit les patients en fauteuil roulant, un box et un fauteuil dentaire ont été mis en place sous la supervision du Pr Vaysse, chef du service d’odontologie du CHU. Une manière de vivre l’accessibilité pour tous, patients et professionnels.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.