Handidanse change le regard du public sur le handicap et des handicapés sur eux-mêmes

Le 19 avril 2011, une chorégraphie réunissait valides et personnes handicapées dans un même élan artistique et enthousiasmait le public et les personnels venus assister à un spectacle inhabituel à l'hôpital Saint-Jacques du CHU de Nantes. « L’art repousse les limites du possible », tel est le propos de la compagnie Aramis, à l’origine de l’atelier handidanse. Une initiative appelée à se renouveler tous les deux mois au sein du pôle médecine physique et réadaptation (MPR).

Le 19 avril 2011, une chorégraphie réunissait valides et personnes handicapées dans un  même élan artistique et enthousiasmait le public et les personnels venus assister à un spectacle inhabituel à l’hôpital Saint-Jacques du CHU de Nantes. « L’art repousse les limites du possible », tel est le propos de la compagnie Aramis, à l’origine de l’atelier handidanse. Une initiative appelée à se renouveler tous les deux mois au sein du pôle médecine physique et réadaptation (MPR).

Relier patient et marchant dans la danse

Toute personne, même immobilisée dans un fauteuil peut s’inscrire dans une démarche sportive et artistique. Pour  la compagnie Aramis, la danse comme bien d’autres activités est accessible aux personnes handicapées.  Il suffit de prendre en compte les spécificités de chacun, d’adapter le mouvement au handicap et de rester dans le plaisir et non la douleur.
L’équipe médicale voit dans performance l’occasion de pérenniser la réadaptation et d’ouvrir de nouveaux horizons. Les  patients sont incités à se tourner vers une activité physique afin de conforter les acquis de la rééducation dans une autre dynamique les efforts fournis lors de la rééducation. La danse vient enrichir l’offre d’ateliers déjà existante : karaté, hockey…  par une activité plus artistique et peut-être suscitera-t-elle de nouvelles vocations ?

Prochain rendez-vous pour l’atelier d’handidanse le 21 juin 2011
Relations presse
Emmanuelle Dubois – CHU de Nantes
tél. 02 40 08 71 85 – emmanuelle.dubois@chu-nantes.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.