Handidanse change le regard du public sur le handicap et des handicapés sur eux-mêmes

Le 19 avril 2011, une chorégraphie réunissait valides et personnes handicapées dans un même élan artistique et enthousiasmait le public et les personnels venus assister à un spectacle inhabituel à l'hôpital Saint-Jacques du CHU de Nantes. « L’art repousse les limites du possible », tel est le propos de la compagnie Aramis, à l’origine de l’atelier handidanse. Une initiative appelée à se renouveler tous les deux mois au sein du pôle médecine physique et réadaptation (MPR).

Le 19 avril 2011, une chorégraphie réunissait valides et personnes handicapées dans un  même élan artistique et enthousiasmait le public et les personnels venus assister à un spectacle inhabituel à l’hôpital Saint-Jacques du CHU de Nantes. « L’art repousse les limites du possible », tel est le propos de la compagnie Aramis, à l’origine de l’atelier handidanse. Une initiative appelée à se renouveler tous les deux mois au sein du pôle médecine physique et réadaptation (MPR).

Relier patient et marchant dans la danse

Toute personne, même immobilisée dans un fauteuil peut s’inscrire dans une démarche sportive et artistique. Pour  la compagnie Aramis, la danse comme bien d’autres activités est accessible aux personnes handicapées.  Il suffit de prendre en compte les spécificités de chacun, d’adapter le mouvement au handicap et de rester dans le plaisir et non la douleur.
L’équipe médicale voit dans performance l’occasion de pérenniser la réadaptation et d’ouvrir de nouveaux horizons. Les  patients sont incités à se tourner vers une activité physique afin de conforter les acquis de la rééducation dans une autre dynamique les efforts fournis lors de la rééducation. La danse vient enrichir l’offre d’ateliers déjà existante : karaté, hockey…  par une activité plus artistique et peut-être suscitera-t-elle de nouvelles vocations ?

Prochain rendez-vous pour l’atelier d’handidanse le 21 juin 2011
Relations presse
Emmanuelle Dubois – CHU de Nantes
tél. 02 40 08 71 85 – emmanuelle.dubois@chu-nantes.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.