Handisport : salle de sport avec tests d’effort sur fauteuil roulant

Pour leurs épreuves d'effort, la douzaine d'athlètes handicapés de haut niveau des Pays de la Loire et de Bretagne peuvent désormais s'adresser au service de médecine du sport du CHU de Nantes qui vient d'ouvrir une 3ème salle spécialement réservée aux sportifs de haut niveau et aux jeunes de moins de 15 ans.

Pour leurs épreuves d’effort, la douzaine d’athlètes handicapés de haut niveau des Pays de la Loire et de Bretagne peuvent désormais s’adresser au service de médecine du sport du CHU de Nantes qui vient d’ouvrir une 3ème salle spécialement réservée aux sportifs de haut niveau et aux jeunes de moins de 15 ans.
 
La question s’est posée lors des derniers jeux paralympiques, auxquels participait l’équipe des Pays-de-la-Loire de quadrugby (rugby en fauteuil). Les joueurs devaient présenter une licence spécifique nécessitant notamment un test d’effort sur fauteuil roulant. Le service de médecine du sport du CHU possédait le savoir-faire, il lui manquait le matériel et une consultation spécialisée. Voilà qui est désormais chose faite avec cette 3ème salle d’effort qui accueillera également des enfants de moins de 15 ans, sélectionnés sur des structures d’entrainement régionales ou nationales. Ils effectueront les tests d’effort pour le suivi médical de leur entrainement intensif.
 
Les nouveaux équipements
La salle est dotée d’un ECG d’effort Mortara, d’une bicyclette enfant, d’une impédance métrie (mesure de la résistance des tissus), d’un VP25 ergomètre pour athlète handisport. Des équipements adaptés aux tests d’efforts et aux tests de performance des athlètes en fauteuil : dos droit et dos incliné, roues droites et roues inclinées…
Ces nouveaux équipements, d’un coût de 74.000 €, sont financés pour moitié par le Conseil régional et par le CHU.
 
En savoir plus sur la médecine du sport au CHU de Nantes
L’institut régional de médecine du sport (IRMS) effectue les bilans de tous les sportifs de haut niveau adressés par les fédérations ou les clubs dans le cadre du suivi médical obligatoire* : 3 500 athlètes par an. Ils sont reçus en consultation , sur prescription médicale, adressés par les médecins généralistes ou spécialistes. A leur disposition le plateau technique de médecine du sport de l’hôpital Saint-Jacques

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.